Faire un don
49969 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
62 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Françoise d’Eaubonne, pionnière de l’écoféminisme et adepte du sabotage

Durée de lecture : 5 minutes

10 octobre 2019 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Militante chevronnée et essayiste prolifique, Françoise d’Eaubonne est à l’origine du concept d’écoféminisme. Un livre biographique, sorti le 24 septembre 2019, permet de découvrir la pensée foisonnante et subversive de cette pionnière.

C’est une urgence que de souligner la condamnation à mort, par ce système à l’agonie convulsive, de toute la planète et de son espèce humaine, si le féminisme, en libérant la femme, ne libère pas l’humanité toute entière, à savoir, n’arrache le monde à l’homme d’aujourd’hui pour le transmettre à l’humanité de demain »

Nous sommes en 1974 quand Françoise d’Eaubonne publie ces mots visionnaires dans son essai, Le féminisme ou la mort (Éd. P. Horay). C’est dans cet ouvrage qu’apparaît pour la première fois le terme d’ « écoféminisme » qui sera ensuite repris par les militantes étasuniennes, anglaises ou indiennes dans les années 1980. Dans Françoise d’Eaubonne & l’écoféminisme, un petit livre de la très bonne collection Précurseur·ses de la décroissance, aux éditions du Passager clandestin, Caroline Goldblum nous propose de découvrir la vie animée et la pensée subversive de cette pionnière du féminisme et de l’écologie.

Romancière et essayiste prolifique, Françoise d’Eaubonne (1920-2005) était avant tout féministe. Elle a cofondé le Mouvement de libération des femmes (MLF) puis le Front homosexuel d’action révolutionnaire (Fhar). En parallèle, sa prise de conscience écologiste fut rapide, imprégnée du rapport Meadows Limits to growth (« Limites à la croissance » de 1972 et des idées de Serge Moscovici. Plutôt que de mener séparément les deux combats, féministe et écolo, elle a opéré dès 1974 la synthèse entre la dénonciation de l’exploitation de la nature par l’Homme et l’exploitation de la femme par l’homme.

« Les femmes sont à l’avant-garde du refus du nucléaire qui n’est autre que le dernier mot de cette société bâtie sans elles et contre elles »

Au cœur de sa théorie écoféministe se trouve la dénonciation de « l’illimitisme de la société patriarcale », qui pousse tant à l’épuisement des ressources qu’à une « surfécondation de l’espèce humaine ». La surpopulation est donc, selon elle, la conséquence du « lapinisme phallocratique ». « C’est dans un contexte de mobilisation des femmes qui revendiquent le droit de disposer de leur corps que Françoise d’Eaubonne pose comme premier fondement de l’écoféminisme la reprise en main de la démographie par les femmes », explique Caroline Goldblum. Ainsi elle a défendu le droit à la contraception, à l’avortement, aussi bien que l’abolition du salariat et de l’argent, dans une logique de décroissance économique autant que démographique.

En 1975, elle a participé au dynamitage de la pompe du circuit hydraulique de la centrale de Fessenheim.

Une théorie largement alimentée par ses pratiques militantes, au sein du mouvement féministe, mais également comme activiste antinucléaire. En 1975, elle a participé au dynamitage de la pompe du circuit hydraulique de la centrale de Fessenheim, en Alsace, alors en construction, retardant ainsi de plusieurs mois sa mise en route. Bien que l’action ait alors été anonyme, le texte de revendication rappelait — dans un style très « d’eaubonnien »« que les femmes sont à l’avant-garde du refus du nucléaire qui n’est autre que le dernier mot de cette société bâtie sans elles et contre elles ». Trois ans plus tard, en 1978, elle prenait carrément le parti de ce qu’elle nommait « la contre-violence », appelant dans un court texte à ce que « les attentats [soient] considérablement améliorés, ne visant que des points de rupture précis du front ennemi, économisant au maximum les vies humaines des personnes non concernées ».

La même matrice idéologique a conduit à la domination des hommes sur les femmes et au saccage de la nature

Mis à part ce pamphlet révolutionnaire, la plupart des (très nombreux) textes de la penseuse concernent l’écoféminisme. Au fil de ses ouvrages, l’écrivaine a précisé sa thèse. « En postulant que la même matrice idéologique a conduit à la domination des hommes sur les femmes et au saccage de la nature, Françoise d’Eaubonne [a dénoncé] non seulement l’organisation sexiste de la société, mais surtout lui [a imputé] la responsabilité de la destruction de l’environnement », écrit sa biographe. Une pensée qui va largement inspirer les militantes des années 1980 jusqu’à nos jours. En 1983, Vandana Shiva et Maria Mies reprenaient cette idée d’un « patriarcat capitaliste » à l’origine de l’assujettissement des femmes et de l’exploitation de la nature.

Toujours dans la lignée de d’Eaubonne, les activistes étasuniennes comme Starhawk ont dénoncé « un patriarcat monothéiste » et invité « à réinventer, à se réapproprier ce qui a été dévalorisé par l’homme, à savoir l’idée même de nature et l’ensemble des valeurs et pratiques sociales considérées comme ‘féminines’, rappelle Caroline Goldblum. Si les écoféministes spiritualistes reconnaissent que leur oppression a été justifiée par la construction d’une nature féminine, au contraire des féministes constructivistes, elle privilégient sa réappropriation à sa déconstruction. »

Ce versant de la pensée d’eaubonnienne, de même que la dimension plus spirituelle portée par certaines militantes, ont largement contribué à l’incompréhension, voire à la dérision, des idées écoféministes, vues comme essentialistes. De fait, explique Caroline Goldblum, « ses essais n’ont eu un impact que très limité dans son pays d’origine ». À cette aune, son travail de biographie ainsi que l’anthologie de textes de Françoise d’Eaubonne qu’elle propose paraissent plus que nécessaires, afin d’alimenter la réflexion et les débats actuels quant aux liens théoriques et pratiques à tisser entre féminisme et écologie.




Lire aussi : Emilie Hache : « Pour les écoféministes, destruction de la nature et oppression des femmes sont liées »

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos :
. Portrait : auteur inconnu / wikipedia
. Archives du Républicain Lorrain.

THEMATIQUE    Culture et idées
14 décembre 2019
Les gaz lacrymogènes exposent-ils au cyanure ? Un biologiste l’assure
Enquête
13 décembre 2019
EN BÉDÉ- Une journée à la rédaction de Reporterre
Édito
13 décembre 2019
Face au changement climatique, des jardiniers et maraîchers cultivent les semences paysannes
Alternative


Sur les mêmes thèmes       Culture et idées





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)