Reporterre
a besoin de vous
0 €
COLLECTÉS
100 000 €
OBJECTIF
12
JOURS
65 %

Internet, le royaume où les biens communs prospèrent

9 novembre 2015 / Émilie Massemin (Reporterre)



Aux antipodes des logiciels dits « propriétaires », les « libristes » défendent des ressources informatiques développées collectivement et utilisables par tous. Loin de se contenter d’enchaîner les lignes de codes, ces passionnés sont devenus des acteurs incontournables des combats citoyens.

« FBLB a un problème, il n’arrive pas à afficher l’agenda du libre sur son site web ! » Une tasse de potage aux cèpes agrémenté de croûtons à la main, les yeux rivés à son écran d’ordinateur, Manu suit avec attention la conversation qui se déroule sur IRC (Internet Chat Relay, un protocole de communication textuelle instantanée). À côté de lui, Magali analyse la scène : « L’agenda du libre recense tous les événements, réunions, conférences, festivals, en lien avec les logiciels libres. Pour l’améliorer, nous organisons des discussions sur IRC afin que les utilisateurs nous fassent remonter les bugs et nous proposent de nouvelles fonctionnalités. »

Magali, administratrice à l’April, à Parinux et à Liberté 0, et Manu.

Comme tous les jeudis soirs, les deux « libristes » retrouvent d’autres compères du groupe francilien d’utilisateurs de logiciels libres Parinux au 38 de la rue Saint-Sabin, dans le XIe arrondissement de Paris. Lors de ces « soirée de contribution au libre », ils participent à l’enrichissement de ces ressources logicielles développées collectivement et utilisables par tous. Le réseau d’éducation populaire Framasoft dénombre plus de 1.600 logiciels libres, parmi lesquels le navigateur web Firefox développé par Mozilla, le lecteur multimédia VLC, la suite bureautique OpenOffice et le système d’exploitation Linux, pour ne citer que les plus connus. Sans oublier SPIP, le système de publication sur Internet qu’utilise Reporterre.

Une soirée de contribution au libre organisée par Parinux.

L’organisateur de ces soirées, Emmanuel Seyman, a découvert Linux pendant ses études d’informatique à la fin des années 1990. « Ce qui m’a frappé, c’est la quantité de logiciels disponibles et cette communauté qui passait son temps à améliorer les outils et à aider des autres à s’en servir, se souvient-il. Après quinze ans à utiliser des logiciels libres, résultants de travaux faits par d’autres, il est normal que je contribue. »

Emmanuel Seyman, ex-président de Parinux et organisateur des soirées de contribution au libre.

Les quatre libertés du logiciel libre

Mais au fait, qu’est-ce qu’exactement un logiciel libre ? « C’est un logiciel qui donne quatre libertés : la liberté d’exécuter le programme, de le copier, de le modifier et de le redistribuer », répond Sébastien Broca, sociologue et auteur de l’Utopie du logiciel libre, dont la version intégrale est disponible en téléchargement.. Cette définition implique que le code source du logiciel, sa « recette de cuisine » comme l’appelle le chercheur, soit accessible – ce qui n’est pas le cas dans les logiciels dits « propriétaires », développés par de grandes firmes comme Microsoft.

Sébastien Broca, auteur de l’Utopie du logiciel libre.

Lorsque les premiers ordinateurs sont apparus, leurs utilisateurs s’échangaient librement leurs programmes. Mais à partir des années 1970, les premiers éditeurs de logiciels se sont orientés vers la vente de licences d’utilisation. Le mouvement du logiciel libre est né au début des années 1980, en réaction à ce processus de privatisation. Sa figure de proue est Richard Stallman, développeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Il a lancé en 1984 le projet GNU, un système d’exploitation entièrement libre, et créé en 1989 la licence publique générale (GPL). « Elle protège les quatre libertés du logiciel libre avec une clause supplémentaire : elle oblige tous les utilisateurs à utiliser les mêmes libertés dans les versions ultérieures. C’est le copyleft, en opposition au copyright », explique Sébastien Broca.

Richard Stallman lors de la fête de l’Humanité en 2014.

« Logiciel libre » versus « open source »

Aujourd’hui, dur de s’y retrouver entre « libre » et « open source ». L’expression « open source » apparaît à la fin des années 1990. Elle désigne les mêmes logiciels respectant les quatre libertés, mais la philosophie qu’elle véhicule est différente. « Les partisans de l’open source mettent en avant les avantages techniques et économiques de ces logiciels, plus performants et permettant une mutualisation des moyens, analyse le sociologue. Alors que pour Richard Stallman, le plus important est le respect des libertés et le mouvement social qui entoure le logiciel libre. » C’est peu de dire que cette nouvelle manière de voir a fait des petits. Apple par exemple, a bâti son système d’exploitation sur la Berkeley Software Distribution (BSD), une famille de systèmes d’exploitation libres.

Eric (ESR) Raymond, promoteur de l’idéologie « open source », développée dans son essai La Cathédrale et le Bazar.

Pour Sébastien Broca, le logiciel libre s’apparente aux « biens communs du savoir » décrits par l’économiste états-unienne Elinor Ostrom : « Le logiciel libre est un bien commun parce qu’il présente trois caractéristiques : l’existence d’une ressource, le logiciel ; un système de droits et d’obligations régissant l’utilisation de cette ressource, déterminé par des licences spécifiques comme la GPL ; et un mode de gouvernance, avec des communautés qui s’organisent pour prendre en charge et améliorer la ressource. »

Ces modes de gouvernance sont multiples. « L’association qui gère le logiciel de production de sites web SPIP par exemple, est restée dans une démarche très militante, observe Sébastien Broca. A l’inverse, les personnes qui développent Linux sont souvent des salariés de grandes entreprises comme Samsung. »

Modalités de participation multiples

Par exemple, n’importe quel internaute peut contribuer à OpenStreetMap, base de données cartographique libre lancée en 2004 par l’ingénieur britannique Steve Coast. Les modalités de participation sont multiples : le contributeur peut compléter la carte à partir d’une photo aérienne, enregistrer ses trajets à pied, en vélo ou en voiture grâce à un GPS, ou préciser des points d’intérêt (nom de rue, passage piéton, toilettes publiques, magasin accessible au personnes handicapées, etc.). « Comme ça, la sensibilité de chacun peut s’exprimer, souligne Gaël Musquet, porte-parole et ex-président de l’association OpenStreetMap France. On voit émerger ce que j’appelle des “troubles obsessionnels cartographiques”. Certains naturalistes vont jusqu’à préciser l’essence des arbres plantés le long des routes. Moi, ce sont les défibrillateurs ! Le résultat est une carte d’une très grande richesse, mise à jour de manière quasi instantanée si le paysage change. » Autre avantage, la communauté, bénévole, cartographie volontiers des lieux jugés inintéressants ou « peu rentables » par Google Maps, par exemple. Aujourd’hui, OpenStreetMap compte 2,2 millions de contributeurs enregistrés. « En France, 150 à 200 personnes cartographient quelque mille kilomètres chaque jour », précise Gaël Musquet.

Gaël Musquet, porte-parole et ex-président d’OpenStreetMap.

Mais pour éviter la pagaille, cette communauté s’est fixée des règles précises. Elle communique grâce à une mailing-list et sur IRC. Un wiki, document collaboratif, décrit les règles de contribution préalablement votée (comment on cartographie une voie de bus, une route, un point de recyclage). Quand les contributeurs n’arrivent pas à se mettre d’accord – la cartographie est un exercice éminemment politique - un vote est organisé. « Ça arrive en cas de conflit, explique Gaël Musquet. Par exemple, on s’est rendus compte que le nom de Jérusalem n’arrêtait pas d’être changé – une fois en arabe, une fois en hébreu, et ainsi de suite. Du coup, on a demandé à tout le monde de voter, puis l’association a figé le nom de la ville. » Idem pour le conflit entre la Russie et l’Ukraine, la frontière entre l’Algérie et le Maroc, etc.

Une ONG, Humanitarian OpenStreetMap Team (HOT), a même été créée après le séisme de janvier 2010 à Haïti. Elle permet de mobiliser les contributeurs pour qu’ils recartographient au plus vite les lieux d’une catastrophe, de sorte que les humanitaires aient des cartes mises à jour des réseaux routiers, des hôpitaux et des pharmacies. « Nous avons renouvelé ces actions pour l’épidémie d’Ebola et le séisme au Népal », sourit le porte-parole.

« Défendre nos libertés numériques

Car le mouvement du libre, loin de se cantonner à des lignes de code, est un acteur incontournable de combats citoyens. Ses valeurs de coopération et de partage des connaissances amènent les libristes à faire cause commune avec des associations de domaines très différents. Notamment, lors des manifestations citoyennes contre l’Accord commercial anti-contrefaçon (Acta), signé en 2012, qui condamne de manière très dure les atteintes à la propriété intellectuelle (infractions au droit d’auteur sur Internet, produits contrefaits, certains médicaments génériques). « Plusieurs associations libristes se sont retrouvées à côtoyer des associations qu’elles ne connaissaient pas du tout, qui combattaient l’Acta pour que les semences agricoles ne soient pas brevetées, des associations médicales de lutte contre la pandémie de sida, se souvient Magali. On avait tous le même combat, contre des grosses entreprises et des laboratoires comme Monsanto, Microsoft ou Apple qui veulent breveter des idées ou des choses qui n’ont pas à être brevetées. » Grâce à cette mobilisation citoyenne, l’Acta a été rejeté par le Parlement européen le 4 juillet 2012.

« Il reste un fort militantisme chez les gens du libre, confirme Sébastien Broca. Bien que le mouvement rassemble des personnes d’horizons politiques très divers, du libertarien très à droite au militant très à gauche, ils exercent un lobbying intense pour défendre nos libertés numériques et la protection de nos données personnelles. » Alors, on troque Google Chrome contre Firefox et on les rejoint ?


Note : Reporterre met ses articles en accès libre, comme des biens communs, selon la licence libre Creative commons.


Reporterre organise mardi 10 novembre à Paris une rencontre autour des biens communs. Vous êtes bienvenu(e)s ! Entrée libre.

- Toutes les infos ici




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : DOSSIER : Biens communs

Source : Émilie Massemin pour Reporterre

Dessin : © Tommy Dessine/Reporterre

Photos : © Émilie Massemin/Reporterre sauf :
. Richard Stallman : Thesupermat. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.
. Eric Raymond : Russ Nelson. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons.
. Elinor Ostrom : Holger Motzkau. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Cet article a été réalisé avec le soutien de la Fondation pour une terre humaine

DOSSIER    Informatique et internet Biens communs

26 juin 2017
L’EPR sera-t-il autorisé malgré une cuve défectueuse ? Les experts discutent
Info
24 juin 2017
Rémi Fraisse : le procureur veut le non lieu, mais oublie des éléments décisifs
Info
26 juin 2017
Du microplastique dans nos rivières, un phénomène méconnu, mais inquiétant
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Informatique et internet Biens communs





Du même auteur       Émilie Massemin (Reporterre)