Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Énergie

Justice climatique : Shell condamné à réduire de 45 % ses émissions de CO2

Le groupe pétrolier Shell a été condamné par la justice des Pays-Bas à réduire de 45 % ses émissions de CO2. Une victoire pour les associations qui avaient porté plainte.

C’est une victoire historique pour les ONG environnementales. Mercredi 26 mai, le tribunal de La Haye (Pays-Bas) a rendu une décision contraignant le groupe pétrolier Shell à réduire ses émissions de CO2 de 45 % dans les dix prochaines années.

Il avait été saisi par les Amis de la Terre Pays-Bas (Milieudefensie), aux côtés de 17 000 corequérants et de six autres organisations environnementales [1].

Le tribunal a estimé que le groupe Royal Dutch Shell était également responsable des émissions de ses clients (scope 3 [2]) et fournisseurs. Il a également reconnu le risque de violations des droits humains en ce qui concerne le « droit à la vie » et le « droit au respect de la vie privée et familiale ». Enfin, Shell doit se conformer au jugement immédiatement, sa politique climatique actuelle n’étant pas assez concrète.

« Une victoire écrasante pour la justice climatique »

Pour les ONG, c’est une victoire historique qui pourrait avoir des conséquences pour d’autres groupes pétroliers dans le monde. « C’est une victoire écrasante pour la justice climatique. Nous avons espoir que ce verdict déclenche une vague de procès climatiques contre les grands pollueurs, pour les contraindre à cesser d’extraire et d’exploiter des combustibles fossiles. C’est une victoire pour les peuples du Sud qui sont aujourd’hui confrontés à des conséquences climatiques dévastatrices », a expliqué Sara Shaw des Amis de la Terre International, dans un communiqué de presse.

La multinationale a indiqué de son côté prendre déjà des mesures sérieuses qui soutiennent la transition énergétique. Elle estime également que ce processus relève d’une prise de décision politique et qu’il n’y a pas de base légale pour les revendications des ONG.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende