13 %
Objectif 30 000 €

L’Assemblée vote la réduction de la publicité télévisée, malgré l’opposition du PS et du gouvernement

14 janvier 2016 / par Emilie Massemin (Reporterre)



Jeudi 14 janvier, les députés ont adopté la proposition de supprimer la publicité à destination des enfants sur les chaînes publiques. Cela malgré l’opposition des socialistes et du gouvernement. Obésité, troubles du comportement... De nombreux professionnels de l’enfance s’alarment, et rappellent les dégâts infligés par la pub sur les plus jeunes.

- Actualisation - Vendredi 15 janvier 2016 - L’Assemblée nationale a adopté le 14 janvier la suppression de la publicité télévisée visant les enfants ; ceci ne concerne que les chaînes publiques. Le gouvernement s’est opposé à cette mesure, mais n’a pas convaincu les députés. Il devrait essayer de revenir sur cette mesure dans la navette parlementaire (retour du texte vers le Sénat). Notre enquête approfondie ci-dessous.


Depuis près d’un mois, le sénateur (EELV) des Hauts-de-Seine, André Gattolin, ne ménage pas sa peine. « Je passe mon temps à l’Assemblée nationale, je mène un battage, j’ai imprimé des cartes postales et des logos », énumère-t-il au téléphone, entre deux rendez-vous. Objectif, sauver sa proposition de loi (PDL) relative à la suppression de la publicité commerciale dans les programmes jeunesse de la télévision publique. Elle doit être discutée en séance publique à l’Assemblée nationale ce jeudi 14 janvier. Il s’agit de protéger les petits téléspectateurs, cibles privilégiées des multinationales qui cherchent à leur vendre céréales, barres chocolatées et boissons gazeuses souvent trop grasses ou trop sucrées.

Déposée le 24 juillet 2015 et adoptée légèrement modifiée le 21 octobre au Sénat, la PDL prévoit la suppression des annonces publicitaires dans les programmes destinés aux enfants de moins de douze ans sur les chaînes de France Télévisions, à partir du 1er janvier 2018 (Article 2). Mais un amendement de la députée (PS) du Loiret, Valérie Corre, adopté le 16 décembre par la Commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale (AN), supprime cette mention à la suppression ; elle la remplace par un simple « rapport évaluant l’impact d’une suppression de la publicité (…) sur le marché publicitaire et sur les ressources de la société ». Celui-ci devrait être remis le 30 juin 2017, après les prochaines élections présidentielle et législatives.

Pour sauver le texte original, la seule solution serait qu’un nouvel amendement rétablissant l’article 2 d’origine soit adopté ce jeudi à l’Assemblée.

71 % des personnes interrogées favorables à la suppression

« La majorité [PS] a démoli mon texte », dénonce M. Gattolin. Pour le sénateur, la décision est d’autant plus incompréhensible que 71 % des personnes sont favorables à la suppression, d’après un sondage qu’il a commandé en septembre à l’Ifop.

« Cet amendement n’est pas une remise en question. La suppression reste mentionnée dans le titre et la date du 1er juillet 2018 est conservée, même si ce n’est plus explicite, répond à Reporterre Mme Corre. Le rapport n’est pas une alternative, mais une étape supplémentaire nécessaire pour évaluer concrètement le coût financier et les recettes compensatoires pour France Télévisions. »

Car le principal argument du PS est économique. « La suppression représenterait pour la télévision publique une perte de recettes évaluée à environ 20 millions d’euros par an par le CSA », justifie la députée devant la commission. Or, le déficit de France Télévisions s’élève à 50 millions d’euros.

Pour M. Gattolin, l’argument n’est pas recevable. « Ce chiffre de 20 millions d’euros est surréel, estime-t-il. En 2013-2014, France Télévisions faisait 15 millions de recettes publicitaires grâce à ses programmes jeunesse. Dans le budget 2015, le groupe ne prévoyait que 13,5 millions de recettes. » En outre, les prévisions de France Télévisions en matière de ressources publicitaires n’ont plus été atteintes depuis 2011 et sont largement surestimées, constate-t-on à la lecture des contrats d’objectifs et de moyens (COM) du groupe.

Ces ressources publicitaires ne représentent qu’une petite partie du budget de France Télévisions, « 12 ou 13 %, en baisse depuis des années », rappelle le sénateur. Des chiffres confirmés par la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC) : en 2015, la publicité et les parrainages ne représentaient que 12,04 % des ressources de France Télévisions, contre 15,13 % en 2010.

Un manque à gagner compensable par une hausse infime de la redevance

Dans la mesure où certains annonceurs des programmes pour enfants se reporteraient vers d’autres tranches horaires, le sénateur évalue le manque à gagner pour France Télévisions à « 7 millions d’euros », qu’il serait possible de compenser grâce à une hausse de quelques centimes d’euros par an de la redevance.

Alors, pourquoi ce refus du PS ? Le poids des groupes d’intérêt ? C’est l’hypothèse de Thomas Bourgenot, membre de Résistance à l’agression publicitaire. « Le gouvernement n’a pas envie de se mettre à dos l’industrie agroalimentaire, analyse-t-il. Les confiseurs forment un gros lobby qui essaie de mettre des bâtons dans les roues à toutes les mesures qui essaient de réduire la publicité à destination des enfants. » Interrogé par la sénatrice (EELV) du Maine-et-Loire Corinne Bouchoux, Alexis Degouy, directeur des affaires publiques à l’Association nationale des industries agroalimentaires, explique ainsi être « très attaché à l’autorégulation ».

« On oriente l’imaginaire des enfants vers la surconsommation »

Pourtant, cette proposition de loi est absolument nécessaire, plaident les écologistes. Les enfants de 4 à 14 ans regardent la télévision deux heures et dix minutes par jour en moyenne, révèle Mme Bouchoux. « Les enfants sont souvent seuls devant le poste. Les programmes publicitaires, amusants, abusent les petits qui ont du mal à les distinguer des contenus traditionnels, déplore M. Gattolin. J’ai cinq enfants âgés de 3 à 26 ans, j’ai eu l’occasion de constater les conséquences : ils pensent que la petite voiture va à 100 km/h, que la figurine bouge toute seule... »

Au-delà de ces observations, le sénateur regrette la vision du monde véhiculée par les annonceurs : « On fait fantasmer les enfants, on oriente leur imaginaire vers la surconsommation. Mais est-ce qu’on vit mieux parce qu’on consomme plus ? Je crois que c’est un pis-aller dans la relation sociale. »

Jacques Müller, ancien sénateur (EELV) du Haut-Rhin, représentant du Mouvement pour une alternative non-violente, qui avait proposé une loi en 2010 pour une interdiction de la publicité à destination des enfants sur l’ensemble des chaînes françaises , privées comprises, regrette les « clichés véhiculés par la publicité, qui ne favorisent pas le vivre ensemble » : « Le mépris du loser, l’apologie de celui qui transgresse la loi – seuls les pauvres types s’y soumettent, les forts sont au-dessus -, le sexisme, le racisme... A l’époque, Chantal Jouanno avait déjà mentionné le problème de la publicité dans son rapport contre l’hypersexualisation de la société. »

Enfant présenté en train de mentir à ses parents après avoir mangé plusieurs mousses au chocolat sans autorisation, dans une pub Nestlé (2014)

« Les enfants sont traités comme des cœurs de cible »

De nombreux professionnels de l’enfance condamnent la publicité destinée aux enfants. Pour le psychanalyste Serge Tisseron, auteur de la campagne de sensibilisation « 3-6-9-12, pour apprivoiser les écrans et grandir », les enfants, crédules, sont vulnérables face à la publicité. « Dans une démocratie, tous les citoyens doivent connaître la nature du message qu’ils reçoivent. Or, avant 6 ans, les enfants ne sont pas capables d’identifier cela. Ils reçoivent une pub de la même manière qu’un documentaire, peuvent penser qu’un aliment vu à la télé fait grandir. Cela signifie que les enfants ne sont pas traités comme des citoyens, mais comme les cœurs de cible sans défense des publicitaires. »

Plus inquiétant, les enfants influencent leurs parents dans les achats de la famille. Une étude réalisée par Lagardère Publicité établit que « la télévision est le média le plus influent sur les demandes d’achat des enfants : 82 % d’entre eux disent qu’il leur arrive régulièrement de demander ou d’acheter un produit ’vu à la TV ». A la question « Quand tu demandes à tes parents d’acheter un produit des catégories suivantes, est-ce qu’ils acceptent ? », 87 % des enfants en moyenne répondent « oui ».

Relations parents-enfants fragilisées et troubles alimentaires

Or, ce comportement de prescripteur fragilise les relations entre parents et enfants. « L’enfant, qui confond publicité et information, se sent en droit de réclamer le produit à ses parents ; mais il a conscience qu’il se fait influencer, sans avoir d’argument solide à leur apporter, analyse M. Tisseron. Il fait un caprice ; ses parents, énervés et angoissés, cèdent ; et se sentir ainsi prescripteur fragilise l’enfant et la perception qu’il a de ses parents. »

En outre, la publicité pour les produits alimentaires « a un impact sur la consommation de produits trop gras et trop sucrés », constate François-Marie Caron, pédiatre à Amiens et membre de l’Association pour la prise en charge et la prévention de l’obésité en pédiatrie (APOP). L’étude consacrée à L’impact du marketing sur les préférences alimentaires des enfants relève « une association significative entre le poids de l’enfant et les prises alimentaires suivant l’exposition publicitaire : l’augmentation des quantités d’aliments consommés étant de 134 % pour les enfants obèses, 101 % pour ceux en surpoids et 84 % pour ceux d’un poids normal ».

Le Royaume-Uni, l’Espagne, la Suède, le Québec, l’Irlande et la Belgique, ont déjà partiellement ou totalement interdit la publicité à destination des enfants et des adolescents. Mais en France, toutes les mentalités n’ont pas évolué, comme en témoigne l’interview du vice-président d’Havas Jacques Séguéla, publiée dans Le Dauphiné libéré du 13 janvier. « Interdire la publicité dans les programmes jeunesse ? Et pourquoi ne pas mettre un voile à toutes les femmes pendant qu’on y est ?, lance le publicitaire. Les enfants adorent la publicité car leur temps de concentration est court, et en trente secondes, le storytelling stimule leur créativité. Il n’y a aucune raison d’en faire des ’apublicitaires’, la pub fait partie de l’art de vivre et de consommer. Et c’est bien la pub qui rappelle qu’il faut manger cinq fruits et légumes par jour pour une vie plus saine. »

Dans le même entretien, M. Séguéla se présente comme un "farouche écologiste".




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Ségolène Royal est en passe de céder au lobby publicitaire

Source : Emilie Massemin pour Reporterre

Dessin : © Red !/Reporterre

Photos :
. Publicité pour Pepsi : Chaine Giraldi Media (capture d’écran Youtube)
. Publicité pour les céréales Smacks : Chaîne Pub MPDM (capture d’écran Youtube).

THEMATIQUE    Libertés
2 décembre 2016
Une soupe chez BNP Paribas pour mettre l’évasion fiscale sur la table
Reportage
1er décembre 2016
L’incompréhensible obstination des décideurs politiques à tuer le rail
Chronique
2 décembre 2016
La brutale attaque de Bolloré en justice contre Basta et des sites internet
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Libertés



Du même auteur       Emilie Massemin (Reporterre)