L’hommage à Rémi Fraisse interdit à Sivens

Durée de lecture : 3 minutes

23 octobre 2015 / Marine Vlahovic (Reporterre)

Un an après la mort du jeune naturaliste, tué par un gendarme à Sivens, la marche prévue dimanche 25 octobre pour lui rendre hommage a été interdite après une manigance de la FNSEA. Plusieurs organisations souhaitent se replier à Plaisance-du-Touch, ville de la banlieue toulousaine où a grandi Rémi.

- Toulouse, correspondance

L’appel était coiffé d’une renoncule, la fleur devenue le symbole de Rémi. Cette invitation à participer à une grande marche pacifiste à Sivens pour rendre hommage au jeune naturaliste circulait depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux. Pourtant ce dimanche, il n’y aura pas de moment de recueillement sur l’ex-Zad du Testet. En tout cas, légalement.

Les organisateurs de la marche ont eu la surprise de découvrir vendredi 16 octobre que la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles) du Tarn et une association de riverains avaient déposé des demandes pour manifester sur le site de Sivens ce 25 octobre. Prétextant une opération « foin » et une opération « nettoyage », les agriculteurs favorables au barrage ont sorti le grand jeu pour organiser ce qui ressemble à une contre-manifestation.

Après quelques jours de négociations, la préfecture du Tarn n’avait toujours pas tranché pour prohiber ou autoriser ces évènements. La décision a finalement été prise hier jeudi 21 par la maire de L’Isle-sur-Tarn, où se trouve le site de Sivens. Pour éviter selon elle tout débordement, l’édile a interdit toute manifestation sur le territoire de sa commune ce dimanche. Un arrêté municipal listant toutes ces interdictions a ainsi été placardé sur l’ex-Zad du Testet. Cet arrêté précise que « le recueillement sera autorisé pour les membres de la famille de Rémi Fraisse, dûment accompagnés par les forces de l’ordre ».

L’arrêté municipal interdisant l’hommage à Rémi Fraisse sur le site de Sivens

« Ce serait un comble d’aller à Sivens escorté par des gendarmes », a réagi Jean-Pierre Fraisse, le père de Rémi qui avait déjà refusé cette option proposée par la préfecture du Tarn il y a quelques semaines. La famille de Rémi a signé dans Le Monde de ce vendredi une tribune (PDF Tribune) appelant à faire toute la vérité sur la mort du jeune naturaliste et demandant aux éventuels témoins de se signaler auprès des juges chargées de l’enquête. Ils concluent : « Un non lieu serait terrible ».

- Télécharger la tribune :

Aucun hommage ne pourra donc être rendu à Rémi, du moins officiellement, sur le lieu du décès du jeune homme où a été érigée dans la plus grande clandestinité en début de semaine une sculpture géante. Dans un souci d’apaisement, plusieurs organisations appellent donc à se réunir ce dimanche en début d’après-midi près du lac municipal de Plaisance-du-Touch, ville de la banlieue toulousaine où a grandi Rémi. Un rassemblement qui se tiendra à l’endroit même où Reporterre avait rencontré plusieurs proches de Rémi Fraisse quelques jours après sa mort et où un rassemblement avait été organisé pour ses obsèques en novembre dernier.

« La préfecture du Tarn a précisé que les forces de l’ordre seraient déployées à proximité de Sivens et la FDSEA a annoncé qu’elle se rendrait tout de même sur le site en toute illégalité », dit Ben Lefetey, du Collectif Testet, qui appelle avec France Nature Environnement Midi-Pyrénées à se replier à Plaisance-du-Touch. « Les risques de confrontation sont trop élevés. Nous ne voulons pas nous laisser enfermer dans ce piège, cette spirale de violence inventée de toute pièce par les pro-barrages et les autorités », explique-t-il. D’autres organisateurs de la marche souhaiteraient quant à eux se rassembler dans le Tarn, à proximité de Sivens. Sollicités par Reporterre, la Mairie de l’Isle-sur-Tarn et la FDSEA n’ont pas voulu répondre à nos questions.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Les proches de Rémi Fraisse témoignent : « Il n’a pas mesuré ce qui l’attendait »

Source : Marine Vlahovic pour Reporterre

Photos :
. chapô : le « mémorial » de Rémi Fraisse sur la Zad de Sivens (© Marine Vlahovic/Reporterre)
. arrêté municipal : Jacques Dandelot
. famille près du lac de Plaisance-du-Touch : © Grégoire Souchay/Reporterre



Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Sivens

18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Sivens





Du même auteur       Marine Vlahovic (Reporterre)