Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Libertés

L’usage des armes à feu en nette hausse dans la police

En France, les policiers utilisent de plus en plus fréquemment leurs armes, constatent deux notes de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), révélées mercredi 11 octobre par TF1. Les documents, écrits les 3 et 18 juillet derniers par la « police des polices », révèlent notamment que le nombre de tirs policiers, au 1er semestre 2017, était en hausse de 39 %, à 192 tirs, par rapport à 2016.

Les notes font également état d’une explosion des « tirs d’intimidation ou de sommation » (+8 9%), utilisés pour se défendre sans tirer sur les éventuels agresseurs. Selon l’IGPN, ces tirs sont « justifiés et justifiables ». Si les agents utilisent leur arme en direction de leurs agresseurs seulement en dernier recours (19 tirs contre 17 en 2016), les tirs vers des « véhicules en mouvement » sont en hausse de 32,6 %.

La « police des polices » fait enfin part d’une « réelle inquiétude » concernant les tirs effectués « par imprudence » avec des armes longues. Les policiers dits « primo-intervenant » sont, depuis les attentats de 2015, équipés de fusils d’assaut, pistolets mitrailleurs, etc. Sur les dix-neuf tirs de ce type, dix-huit étaient accidentels. La note attire l’attention sur une « méconnaissance bien plus étendue en matière de sécurité lors de la manipulation des armes » de la part des policiers, militant pour un allongement de la durée des stages pour former les forces de l’ordre.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende