Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Agriculture

L214 : nouveau scandale dans un élevage de 200.000 poules dans l’Oise

L’association L214 rend publiques ce jeudi 29 octobre les images d’un élevage intensif de 200.000 poules pondeuses situé dans l’Oise. Il s’agit du Domaine du Mesnil Saint Martin sur la commune de Chambly qui cumule les irrégularités : état sanitaire déplorable, violations massives de la réglementation. L’association demande la fermeture d’urgence de cet élevage.

Tournées fin septembre et mi-octobre, les images exposent les conditions de vie déplorables des poules, entassées dans des cages empilées et alignées dans d’immenses bâtiments fermés et crasseux. Dans un des bâtiments, des milliers de poules ne bénéficient même pas des rudimentaires « nids » exigés par la réglementation depuis 2012. Dans certaines cages, on trouve des poules mortes qui n’ont pas été ramassées et qui se décomposent au milieu des vivantes. On peut également observer la présence de poux sur les œufs, malgré l’usage massif de produits antiparasitaires. On trouve des souris mortes un peu partout dans l’élevage.

Sur leur site internet, les dirigeants de l’élevage se veulent pourtant rassurants : « L’élevage répond à toutes les normes sanitaires exigées par la réglementation française et européenne. Nous sommes régulièrement contrôlés par la DDPP (Direction départementale de la protection des populations), ce qui vous assure une qualité sanitaire reconnue sur nos produits. »

Une épaisse couche de crasse recouvre murs et installations de l’élevage. On trouve de nombreuses souris mortes sur le sol.

Les éleveurs revendiquent le bon traitement des animaux : « Nous avons à cœur de produire à la ferme [...] des œufs [...] dans le respect de la nature et des animaux. »
Ils précisent : « Les œufs sont labellisés “Terroir de Picardie” et répondent aux exigences qualitatives imposées par la charte. [...] Notre production est engagée dans une démarche HACCP qui garantit la sécurité sanitaire des œufs. » Ces œufs sont destinés aux « petites, moyennes et grandes surfaces, épiceries, boulangeries, boucheries, volaillers, restaurateurs et particuliers ».

Cette enquête s’ajoute à une multitude d’autres révélations qui montrent une fois de plus l’incapacité des services vétérinaires de l’État à détecter et corriger les violations flagrantes de la réglementation dans les élevages.

L214 a porté plainte pour mauvais traitement envers les animaux auprès du procureur de la République de Senlis.

  • Source : L214
  • Photo : Photo d’un cadavre de poule en décomposition © Sébastien Arsac/L214

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende