Faire un don
28970 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
36 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

La Nuit Debout placée sous pression policière

Durée de lecture : 3 minutes

12 avril 2016 / Hervé Kempf et Lorène Lavocat (Reporterre)

Les pouvoirs augmentent la pression sur le mouvement. La place de la République est entourée de forces de l’ordre. Les gendarmes ont même vidé une marmite de soupe destinée à la cantine.... Nuit Debout va devoir trouver un nouveau souffle.

- Paris, place de la République, reportage

18h, lundi 11 avril, la place de la République a été remise à nu par la Mairie de Paris. Plus de jardin éphémère, fini les tentes colorées en palette. Les stands de saucisses ont été remplacés par les véhicules policiers. Les manifestants affluent lentement, interloqués par l’imposant dispositif de répression. La place est encerclée par une trentaine de camions bleus et blancs. CRS, policiers et gendarmes patrouillent autour de la statue de Marianne. "Toute la journée, ils ont empêché les regroupements", s’insurge un étudiant. La tension est palpable, même si les commissions s’installent aux quatre coins de la place et lancent les débats. Sous une des bâches réinstallées à la va-vite, Clémence se tient avec une pancarte "accueil info". Elle rassure les nouveaux arrivants : "Oui, l’assemblée générale aura bien lieu, nous avons l’autorisation de la préfecture jusqu’à minuit". D’après elle, la présence massive des forces de l’ordre vise avant tout à intimider le mouvement : "Ils veulent nous décourager en nous faisant craindre une évacuation forcée".

L’assemblée générale débute, plusieurs centaines de personnes se massent sur la place. Mais l’acheminement des hauts-parleurs est bloqué par un cordon de CRS. Les participants mettent en place une criée : l’interlocuteur parle, les personnes les plus proches de lui répètent son message en criant, ce qui permet à ceux du fond d’entendre le discours.

Mais, tandis qu’une étrange chorale prend ainsi forme, une foule de plus en plus nombreuse se presse près des camions, au rythme d’un « Libérez la sono ! » tonitruant. Les gendarmes empêchent en effet une partie de la sonorisation et une simple marmite - destinée à la cantine à prix libre qui a déjà pu s’installer - de parvenir sur la place. La foule se forme, et presse les gendarmes. La mêlée est confuse, mais sans violence. Finalement, marmite et sono peuvent parvenir sur la place.

L’objectif de la police : empêcher une marmite vide de passer

L’AG se poursuit, très centrée sur la question des rapports avec la police. Mais à l’autre bout de la place, un autre attroupement se forme. Des gendarmes se saisissent d’une marmite de soupe... et la vident dans un soupirail.

Cette guerre dérisoire n’empêche pas la foule d’être, encore une fois très nombreuse.

Plus de deux mille personnes lundi soir, à l’A.G. mais aussi sur le reste de la place

Malgré la foule, toujours très compacte, malgré l’effervescence sans cesse renouvelée, cette soirée de mobilisation parisienne se déroule dans un climat moins festif et plus tendu. Mais la semaine s’annonce déjà bien chargée : des actions sont prévues tous les jours, notamment en banlieues.

Mardi soir de nouveau, la Nuit debout devait continuer place de la République. Malgré la police.


Pour suivre le mouvement Nuit debout :

- Nuit Debout sur Internet : les liens, les adresses

- Le dossier de Reporterre sur Nuit debout


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : La Nuit Debout veut s’élargir aux classes populaires et aux banlieues

Source : Hervé Kempf et Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos :
. échauffourée avec police : © Hervé Kempf/Reporterre
. soupe vidée : @nuitdebout
. chapo et AG : © Lorène Lavocat/Reporterre

DOSSIER    Nuit debout

7 décembre 2019
Le Brésil est toujours en flammes, mais la police harcèle les écolos
Info
7 décembre 2019
COP25 : les négociations internationales sur le climat s’enlisent
Info
8 novembre 2019
La réforme de l’assurance chômage va « hacher menu » les précaires
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Nuit debout





Du même auteur       Hervé Kempf et Lorène Lavocat (Reporterre)