Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Quotidien

La composition des aliments modifiée sans que le consommateur en soit informé

En raison d’une pénurie d’huile végétale, Bercy a annoncé des dérogations pour les industriels : ils n’ont pas d’obligation d’informer les consommateurs en cas de changements de recettes. L’ONG Foodwatch s’en alarme.

Les rayons des huiles végétales sont vides dans les supermarchés, et certains autres commencent à se dégarnir. Depuis l’invasion de la Russie en Ukraine le 24 février, la pénurie d’huile de tournesol se fait ressentir en Europe, contraignant l’industrie agroalimentaire à modifier les recettes de ses produits alimentaires. Mais ce ne sont pas les seules denrées subissant les conséquences des pénuries. Pour pallier à ce problème, le ministère de l’Économie a annoncé le 26 avril que les industriels pourront déroger à l’obligation d’informer les consommateurs sur la nouvelle composition des produits alimentaires durant les six prochains mois.

Ces dérogations concernent les plats préparés, les snacks, les produits laitiers, les pâtes, les céréales ou encore les viandes. Pendant les deux mois qui suivent, les industriels n’auront pas à préciser les changements de recettes sur leur site internet. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) précise que ces dérogations d’étiquetage ont pour but de « permettre la poursuite de la production ».

Font exception les produits pouvant représenter un risque pour le consommateur, par exemple s’ils contiennent des substances allergènes. Une « information directe », « visible » et « lisible » doit alors être apposée sur l’emballage. Il en est de même pour des produits certifiés (« sans huile de palme », « sans OGM », « nourri sans OGM » et « issu de l’agriculture biologique »), dans le cas d’un ajout d’huile de palme ou d’OGM.

Informations opaques

Pour vérifier si la composition d’un produit a changé, la DGCCRF a mis en place un moteur de recherche et une liste sur les produits concernés par les changements de composition. On peut ainsi y trouver des « empanadas au saumon » de la marque L’Apéro du poissonnier, des « gnocchis à poêler » de la marque Auchan ou E.Leclerc, des « crumbles aux pommes » de Saveurs U, entre autres.

Camille Dorioz, de l’ONG Foodwatch, regrette cependant que ces plateformes soient difficiles d’accès et d’utilisation : « C’est difficile de trouver ces outils sur internet autrement que par le site de la DGCCRF, ainsi que de s’en servir. Les distributeurs se sont aussi engagés à installer des QR codes afin de vérifier les produits sur internet. Mais les consommateurs ne sont pas censés utiliser un moteur de recherche pour voir la composition de chaque produit lorsqu’ils font les courses. »

Début avril, Foodwatch a lancé une pétition, appelant les agroindustriels et les distributeurs à mieux informer les consommateurs. L’association souhaite qu’au moment de l’achat d’un article, chaque consommateur dispose des informations relatives aux produits qu’ils achètent, que ce soit par une étiquette, par un affichage sur les rayons ou avant le passage en caisse. Pour l’instant, cet appel n’est pas entendu par les agro-industriels ni par la grande distribution.

Camille Dorioz craint que ces dérogations d’informer les consommateurs ne deviennent la norme : « Lors du début de la crise du Covid en mars 2020, le gouvernement avait déjà mis en place des dérogations pour permettre aux distributeurs et industriels de ne pas renouveler les étiquettes en cas de composition ou d’origine changée en raison de pénuries. »

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende