Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Économie

La guerre du soja entre Chine et Etats-Unis accroit la déforestation de l’Amazonie

La hausse réciproque des tarifs douaniers entre les États-Unis et la Chine conduit celle-ci à importer toujours plus de soja brésilien, pour assouvir sa demande de viande, selon une recherche publiée dans Nature.

En 2018, les États-Unis ont accru les tarifs douaniers sur les produits made in China, conduisant celle-ci à en faire autant sur les produits étasuniens. Résultat : les achats chinois de soja étasunien ont chuté de moitié entre 2017 et 2018. Dans le même temps, 75 % des importations chinoises de soja étaient d’origine brésilienne, révélant une substitution totale du soja étasunien par le brésilien.

La conséquence en sera une déforestation accrue de l’Amazonie, selon Richard Fuchs, de l’Institut de recherche météorologique et climatique de Karlsruhe (Allemagne), et ses collègues. En 2016, la Chine avait acheté 37,6 millions de tonnes de soja aux Etats-Unis. Pour en faire autant, le Brésil devrait accroître de 39 % la surface agricole dédiée au soja devra, soit 13 millions d’hectares additionnels — une surface comparable à celle de la Grèce.

Selon les chercheurs, la bataille pour l’Amazonie semble perdue d’avance, sauf si les États-Unis et la Chine décident d’exclure le soja de leur chantage respectif. Sans cela, la Chine devra augmenter sa production de soja, diversifier ses importations, et, peut-être, envisager de nouveaux modes de consommation, moins chargés en viande.

  • Photo : Champs de soja jouxtant la forêt vierge dans le Cerrado, au Brésil (Credit : Marizilda Cruppe/Greenpeace) (Nature)

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende