Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Énergie

La justice étasunienne porte un coup au projet d’oléoduc Keystone XL

Mercredi 15 avril, un juge fédéral du Montana (États-Unis) a annulé un important permis de franchissement de cours d’eau nécessaire à la construction du controversé oléoduc Keystone XL.

Selon le juge en chef du district étasunien, Brian Morris, le permis octroyé en 2017 autorisant le pipeline à traverser les cours d’eau « pourrait nuire à certaines espèces, notamment l’esturgeon pâle, une espèce menacée ».

Une coalition de groupes environnementaux, dont le Sierra Club, le Centre pour la diversité biologique et le Conseil de défense des ressources naturelles, entre autres, avait porté plainte l’année dernière.

« La décision d’aujourd’hui confirme, une fois de plus, qu’il est impossible de nier le fait que Keystone XL dévasterait les communautés, la faune et l’eau potable », a déclaré Doug Hayes, avocat principal du Sierra Club.

La décision de mercredi ne met pas fin aux travaux le long de la frontière entre les États-Unis et le Canada, lancés en pleine pandémie, comme le racontait Reporterre, mais elle s’appliquerait aux futures constructions au-dessus des rivières et des ruisseaux, selon l’agence Associated Press (AP).

TC Energy, la société qui construit l’oléoduc XL, a déclaré qu’elle était toujours « engagée à construire cet important projet d’infrastructure énergétique » dans une déclaration à Associated Press, bien que la décision ne manquera pas de retarder le projet.

  • Photo : L’oléoduc Keystone XL (en pointillés) doit relier les villes de HardIsty (Alberta) et Steele City (Nebraska). @TC Energy sur Twitter.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende