Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Politique

La limitation d’Airbnb devient un enjeu des municipales à Paris

Jeudi 20 février, l’association We Sign It a lancé une campagne d’interpellation publique des candidats aux municipales afin de demander l’interdiction de Airbnb à Paris. Une pétition a déjà réuni plus de 12.000 signatures.

Officiellement, Airbnb propose à la location plus de 60.000 logements à Paris qui sont ainsi soustraits au parc classique de la location longue durée (...) Airbnb participe à la hausse des loyers à Paris et à l’installation de plus en plus systématique des classes moyennes et populaires hors de la ville. L’explosion de Airbnb détruit des emplois dans l’immobilier locatif, dans l’hôtellerie, dans la restauration et dans les commerces de proximité. We sign it

D’après l’association, en moyenne plus de 4 % du parc parisien est proposé à la location sur Airbnb, contre seulement 1,2 % à Londres et 0,6 % à New York.

Depuis 2014, seules les résidences principales peuvent être louées sur les plateformes, et ce dans la limite de 120 nuitées par an, sauf exemptions. L’an dernier, l’adjoint au logement Ian Brossat considérait ainsi qu’ « entre 20.000 et 30.000 logements [avaient] été transformés en hôtels clandestins. Ces logements qui, auparavant, accueillaient des Parisiens à l’année n’accueillent plus que des touristes, car la location touristique est bien plus lucrative pour les propriétaires. »

De son côté, Airbnb a communiqué des données sur les locations de logements entiers à Paris. D’après la plateforme, seuls 4.100 logements ont été loués plus de 120 jours par an en 2019, dont 1.040 loués plus de 70% par an, dans un usage équivalent à ceux des hôteliers. Pour la plateforme, les Parisiens louent donc leur appartement « pour arrondir les fins de mois et souvent payer les charges de [leur] appartement ».

Aucune donnée scientifique n’établit de corrélation entre le développement d’Airbnb et la baisse de la population dans les grandes villes françaises, notamment à Paris (...) Dans les premières destinations d’Airbnb hors Paris, soient Bordeaux et Marseille, le développement d’Airbnb coïncide avec une nette augmentation de la population. Airbnb

L’association We Sign It demande des « mesures plus radicales », prenant l’exemple d’autres villes européennes :

  • Madrid (Espagne) : la municipalité a adopté des règles pour empêcher la location de plus de 10.000 appartements loués par Airbnb plus de 90 jours par an.
  • Berlin (Allemagne) : les propriétaires doivent demander une autorisation à leur mairie d’arrondissement avant de mettre un logement sur Airbnb.
  • Amsterdam (Pays Bas) : la durée des locations Airbnb est passée de 60 à 30 jours par an.

Plusieurs candidats à la mairie de Paris ont d’ores et déjà avancé des positions (à retrouver sur le compte Twitter de We Sign It), proposant de limiter le nombre de nuitées, de renforcer les contrôles ou de développer des autorisations pour louer.

-  Source : Reporterre
-  Photo : Pixabay (CC0)

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende