Faire un don
27180 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
34 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

La loi sur le renseignement bafoue les libertés publiques

Durée de lecture : 2 minutes

4 mai 2015 / Hervé Kempf (Reporterre)


Par quel retournement de situation l’attentat contre un journal présenté comme l’apôtre de la liberté d’expression a-t-il conduit à une loi faisant reculer les libertés publiques ? Par quel aveuglement un gouvernement présenté comme « de gauche » conduit-il une politique néo-libérale et répressive ? Par quelle pente fatale la crise écologique et sociale qui devrait mobiliser les citoyens pour le changement conduit-elle à l’apathie et à l’acceptation du pire ?

C’est le mystère de l’époque - qui n’en est, à vrai dire, plus un : dans sa phase actuelle, le néo-libéralisme, fondé sur le complexe croissance-inégalités, ne peut plus se maintenir que par un glissement continu vers l’autoritarisme et la guerre. Prétendant répondre aux maux que sa politique génère, il prend maintenant appui sur le « terrorisme » pour imposer aux peuples les amères pilules de la stratégie du choc.

Dans le cas de la France, cela prend la forme d’une alliance implicite entre le PS et l’UMP, qui explique pourquoi le gouvernement le plus impopulaire de la Ve République continue à agir sans difficulté véritable : il bénéficie pour tous les actes décisifs (loi Macron, loi sur le renseignement, grands projets inutiles, soutien aux banques et aux grandes entreprises) de l’appui de l’UMP.

L’illustration récente en est la loi sur le renseignement, qui doit être votée mardi 5 mai à l’Assemblée, en procédure d’urgence. Comme Reporterre l’a expliqué ainsi que beaucoup d’autres observateurs, cette loi permettra sans véritable contrôle la surveillance de la population française, à travers les échanges sur internet et les communications téléphoniques. Si, officiellement, seuls les terroristes sont visés, tous les mouvements de contestation de l’ordre établi, à commencer par les luttes écologistes, rentreront dans le système de surveillance, au nom des « violences collectives de nature à porter atteinte à la sécurité nationale » : ZAD et antinucléaires n’ont qu’à bien se tenir...

Vous croyez que j’exagère ? Explorez notre rubrique Libertés pour vous faire une opinion, ou rappelez-vous comment la bataille de Sivens a été gérée. Le pouvoir cible, autant que les terroristes, « l’ennemi intérieur », celui qui remet en cause le système destructeur qui régit fatalement notre présent.

La seule arme qui reste aux citoyens conscients est de se mobiliser, de résister sans relâche, de convaincre nos concitoyens qu’un autre monde est possible, de faire vivre des médias libres. A court terme, se joindre aux rendez-vous de ce lundi pour la liberté et en interpeller les députés


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : La loi sur le renseignement vise aussi les zadistes, les écolos et les antinucléaires

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photo : © Lucas Mascarello/Reporterre

THEMATIQUE    Libertés
7 décembre 2019
COP25 : les négociations internationales sur le climat s’enlisent
Info
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
7 décembre 2019
VIDÉO - Thomas Piketty : « Il va y avoir des crises sociales extrêmement violentes »
Entretien


Sur les mêmes thèmes       Libertés





Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)