Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Déchets nucléaires

La nouvelle piscine d’entreposage des combustibles usés d’EDF coûtera 1,25 milliard d’euros

La nouvelle piscine d’entreposage centralisé des combustibles nucléaires usés à La Hague (Manche), dont la mise en service est prévue en 2034, pourrait coûter 1,25 milliard d’euros, a indiqué jeudi 18 février EDF à l’Agence France Presse (AFP). Ce montant est déjà « inclus dans la trajectoire financière de l’entreprise », a précisé le groupe.

Ce projet est destiné à pallier la saturation des bassins actuels, qui pourrait survenir dès 2035. Il doit consister en un bassin d’une capacité de 6.500 tonnes de combustibles, construit à côté des actuelles piscines Orano de La Hague où sont déjà entreposées 10.000 tonnes de combustibles irradiés — un tonnage qui fait de La Hague le site qui concentre le plus de radioactivité en Europe. Un second bassin est prévu dans un deuxième temps. Ces bassins seront construits « sur une parcelle appartenant aujourd’hui à Orano et qui deviendrait propriété d’EDF », a indiqué l’entreprise à la commission locale d’information de La Hague.

Ce projet avait auparavant été envisagé dans l’enceinte de la centrale nucléaire de Belleville (Cher), comme l’avait révélé Reporterre. EDF avait finalement renoncé à ce site en raison d’une forte opposition d’associations et d’élus locaux.

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a rendu en juillet 2019 un avis positif sur ce projet, selon EDF. Elle a toutefois réclamé, le 8 octobre dernier, des « parades temporaires pour prévenir la saturation » des piscines actuelles et « estimé nécessaire que les options techniques et de sûreté d’une solution d’entreposage à sec », pratiqué couramment à l’étranger mais pas en France, lui « soient présentées ».

  • Source : Connaissance des énergies avec AFP
  • Photo : la piscine d’entreposage des déchets nucléaires de La Hague (Manche). © Émilie Massemin/Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende