La presse locale agricole est sous le joug de la FNSEA

Durée de lecture : 9 minutes

23 janvier 2021 / Simon Mauvieux (Reporterre)



Dans les Pays-de-la-Loire, « L’Avenir agricole », un journal indépendant créé en 1944, a fermé ses portes. Si sa disparition reflète les difficultés de toute la presse écrite, elle témoigne aussi du sort de la presse agricole locale, dominée par les journaux de la FNSEA, le syndicat majoritaire.

« L’Avenir agricole va s’arrêter. L’édition du 18 décembre 2020 sera la dernière. C’est avec une émotion toute particulière que nous nous adressons directement à vous cette semaine. C’est la première fois. Ce sera la dernière. »

C’est par ces mots que le journal agricole indépendant a annoncé à ses lecteurs la fin de son aventure, qui aura duré 76 ans. L’Avenir agricole a été la victime de deux crises majeures, celles de la presse et de l’agriculture. Désormais, dans les Pays de la Loire, l’unique canal d’information pour les agriculteurs est contrôlé par la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), quand L’Avenir pouvait se targuer de fournir une information journalistique pluraliste. « On n’était pas au service d’un syndicat, on n’était pas là pour faire de la communication », disait Antoine Humeau, journaliste à L’Avenir agricole, quelques jours avant sa fermeture.

La dernière Une du journal.

Un journal agricole offre aux lecteurs deux thèmes bien distincts. L’un ressemble davantage à un journal local, quand l’autre volet s’intéresse à l’aspect technique de l’agriculture, rédigé par des techniciens et ingénieurs.

Il n’était pas simple d’être journaliste de L’Avenir dans les Pays de la Loire. Car un journaliste agricole dépend de certaines sources, comme les chambres d’agriculture ou le syndicat majoritaire, la FNSEA. Or dans chaque département, les FDSEA (fédérations départementales de la FNSEA) possèdent leurs propres journaux. Et quand un journaliste concurrent débarque, il est plus simple pour les « fédés » de s’assurer une couverture favorable par leur média que de laisser travailler un journaliste plus indépendant. Nathalie Barbe, journaliste pour L’Avenir de 2014 à 2019, se rappelle bien l’accueil glacial reçu à son arrivée en Sarthe par le syndicat et la chambre d’agriculture. « En novembre 2014, je suis allée assister à une réunion de la chambre. Ces sessions sont importantes, elles fixent la politique budgétaire et les grandes orientations de l’organisme. Quand le président m’a vue, il m’a dit : "Votre rédacteur en chef a été bien mal inspiré de vous laisser venir. Vous n’êtes pas invitée et en tant que président j’invite qui je veux" », relate la journaliste.

« Toute une partie des gens du territoire vont devenir invisibles »

Et dans la foulée, la chambre a définitivement fermé ses portes aux journalistes, sauf à ceux du journal local de la FDSEA, Agri 72. Nathalie Barbe est devenue la bête noire de ces instances : impossible d’en obtenir des informations ou d’avoir accès à certaines sources liées à la FDSEA, on ne voulait simplement plus lui parler. Contrainte d’aller frapper à d’autres portes, la journaliste allait donc voir ceux à qui le journal syndical ne donnait pas la parole. Et qui ne l’auront plus, puisque L’Avenir agricole a disparu. « Ce qui m’attriste le plus, c’est que maintenant toute une partie des gens du territoire vont devenir invisibles », dit-elle.

Dominique Morin, porte-parole de la Confédération paysanne en Mayenne, se demande ainsi comment sera médiatisé son syndicat dans des journaux de la FNSEA, maintenant que L’Avenir n’existe plus. « Je ne sais pas si un adhérent CGT arrive à faire passer ses idées dans le journal du Medef, pour prendre une image », observe-t-il. Et il existe dans le monde agricole d’autres acteurs regroupés dans des structures alternatives, comme les Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural (Civam), ou les Groupements d’agriculteurs bio, et qui produisent eux aussi des articles techniques que publiait L’Avenir, mais pas les journaux des fédés.

Un champ en Mayenne pendant l’hiver.

Il est normal qu’un journal syndical défende sa chapelle. Mais mélange des genres, opacité et connivence ne riment pas avec ce que devrait être le journalisme, dont se revendiquent pourtant ces journaux syndicaux. Pour Florent Renaudier, gérant du journal de la FDSEA de Mayenne, Agri 53, qui est aussi le président de la fédération départementale, Agri 53 « est un journal ouvert à toute discussion et à tous les lecteurs. Notre ligne éditoriale veille à l’équilibre des productions du territoire », affirme-t-il, réfutant l’appellation de journal syndical.

Les liens entre le syndicat et ses journaux sont pourtant évidents. En Mayenne par exemple, le journal est possédé à 70 % par la FDSEA 53, et les dirigeants du syndicat sont les mêmes que ceux du journal. La personne qui gère les cotisations du syndicat gère aussi les abonnements. Une chargée de mission à la FDSEA est en même temps journaliste pour Agri 53.

Alors, comment expliquer que des acteurs du monde agricole ne se retrouvent pas dans la couverture des médias de la FDSEA ? « Il y a un équilibre de la parole, mais il y en a qui ne répondent pas aux sollicitations », répond le patron de la fédé mayennaise, lapidaire.

Un allié de poids pour la presse FNSEA : les Chambres d’agriculture, contrôlées par... la FNSEA

À première vue, on ne se rend pas forcément compte qu’une fédé dicte la ligne éditoriale. « Quand on est journaliste et qu’on sait hiérarchiser l’information, on voit que ça parle beaucoup de la FNSEA, on se dit que c’est absurde, analyse Antoine Humeau, journaliste pour L’Avenir dans le Maine-et-Loire. Par exemple, la Une du 11 décembre 2020 de L’Anjou agricole, le journal syndical du Maine-et-Loire, titrait : « Plus de 4.000 tonnes livrées par la FNSEA ». « Là, une action du syndicat était mise en valeur. Nous avons aussi écrit sur ce sujet, mais une simple brève et une image, ça ne méritait pas plus », dit le journaliste.

Mais en réalité, l’actualité syndicale mise de l’avant par les journaux des fédés n’est pas ce que recherchent le plus les lecteurs. Ils lisent davantage ces journaux pour les informations techniques. « Il faut être clair, la plupart des agriculteurs n’en ont rien à faire du syndicalisme. Ceux qui ne s’en fichent pas ce sont les militants et ceux qui ne se retrouvent pas dans le discours de la FNSEA. Les agriculteurs veulent juste des infos qui leur soient utiles », estime Antoine Humeau.

Un champ ensoleillé en Mayenne.

Si les médias syndicaux ont pu aussi bien s’ancrer sur les territoires, c’est aussi parce qu’ils disposent d’un allié de poids : les chambres d’agriculture. Ces organismes publics, représentés par des élus locaux du monde agricole, votent des budgets, décident de l’attribution de nombre de subventions aux agriculteurs. En France, les chambres sont contrôlées en grande majorité par la FNSEA. Dans les Pays de la Loire, les journaux syndicaux sont logés au sein même des chambres d’agriculture. À sa création, Agri 53 a même touché 75.000 euros de subventions de la chambre, outre une voiture à disposition pour les journalistes. « Tout cela a été voté en session de chambre lors de la prise de participation de la chambre au journal à sa création », dit Raphaël Bélanger, élu à la chambre pour la Confédération paysanne.

Si les liens entre cet organisme public et un journal privé interrogent quant à l’indépendance de celui-ci, un autre point qui choque cet élu : « Durant les deux premières semaines de décembre, des agriculteurs qui ne sont pas abonnés à Agri 53 l’ont reçu dans leur boite aux lettres. Et c’était déjà arrivé pendant les élections à la chambre. » Pour le président de la FDSEA, M. Renaudier, il s’agit d’une technique normale de vente, qui s’appuie sur des données récoltées par téléphone ou lors de divers événements. La chambre, qui a accès aux adresses de tous les agriculteurs du département, les a-t-elle partagées avec le journal du syndicat ? M. Renaudier n’a pas répondu à notre question.

Le journal syndical économise par ailleurs des dépenses, car la chambre lui fournit gratuitement certains articles techniques, qui sont normalement destinés à l’ensemble des agriculteurs. Or, dès la création d’Agri 53 en 2016, la chambre a arrêté de fournir ces articles à L’Avenir agricole. « C’est facile de faire tourner un journal quand on ne paye pas de journalistes, mais qu’on utilise l’expertise des techniciens », dit Antoine Humeau. « La fédé utilise la chambre », confirme Daniel Lenoir, conseiller départemental de la Mayenne et président de sa commission Environnement : « La chambre n’est pas un organisme pluriel et démocratique. Ces informations techniques intéressent tous les agriculteurs — qui payent tous leur cotisation à la chambre — pas seulement les adhérents à la FDSEA. »

En tout cas, L’Avenir agricole étant désormais fermé, la FNSEA se frotte les mains devant le boulevard qui est offert à sa communication, dans un paysage agricole déjà largement dominé par le syndicat.


UNSEAUDIATIQUE NATIONAL PUISSANT ET RENTABLE

Ce qu’il se passe dans les Pays de la Loire n’est pas un cas isolé. La FNSEA contrôle 60 % de la presse agricole à l’échelle nationale, que ce soit des journaux locaux, des titres spécialisés ou des agences de presse. Il y a dix ans, l’entreprise Sofiprotéol, dirigée par le président de la FNSEA de l’époque, Xavier Beulin, aujourd’hui mort, a pris des parts dans le journal agricole national de référence, La France agricole. Les médias locaux sont appuyés par la puissance du groupe de presse Réussir (seize millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018), une régie publicitaire dont le conseil de surveillance est présidé par le deuxième vice-président de la FNSEA, Henri Bies-Péré. Dominant le marché, elle garantit une rente publicitaire aux journaux des FDSEA. Titres de presse qui sont de surcroît très rentables pour le syndicat : un profit permis par l’absence de concurrence.





Lire aussi : Pour défendre les pesticides, la FNSEA invente le délit de « pollution démocratique »

Source : Simon Mauvieux pour Reporterre

Dessin © Sanaga/Reporterre

Photos :
. Une : © L’Avenir Agricole
. Champ l’hiver : CC BY 2.0 Olivier Letourneux/Flickr
. Champ ensoleillé : CC BY 2.0 Olivier Letourneux/Flickr

THEMATIQUE    Agriculture Libertés
19 janvier 2021
Lettre du bocage : « Nous ne supportons pas d’être gouvernés par la peur »
Tribune
5 mars 2021
« Nous sommes de la chair à canon » : rescapé d’un cancer, il dénonce les dangers du nucléaire
Info
4 mars 2021
Effectifs en baisse, salaires au rabais... Derrière la végétalisation de Paris, les jardiniers en colère
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Agriculture Libertés