La ré-autorisation du glyphosate de nouveau ajournée à Bruxelles

Durée de lecture : 4 minutes

20 mai 2016 / Barnabé Binctin (Reporterre)

Les États membres de l’Union européenne ne parviennent pas à s’accorder sur l’autorisation d’utiliser le glyphosate, la matière active de l’herbicide Roundup de Monsanto, prend fin le 30 juin mais le renouvellement de son homologation a été ajourné.

- Actualisation - Lundi 6 juin - Ce lundi, les Européens n’ont pu trouver un accord sur l’interdiction du glyphosate. La Commission européenne proposait aux États membres de prolonger l’autorisation du glyphosate pour 12 à 18 mois. Mais elle n’a pu obtenir de majorité en faveur de cette prolongation, la décision de l’Union reste donc en suspens (détails ici).


Alors qu’une nouvelle étude publiée lundi 16 mai est venue alimenter la polémique scientifique autour du caractère cancérogène du glyphosate, aucune majorité qualifiée n’a pu se dégager à l’issue des échanges qui se sont tenus mercredi 18 mai et jeudi 19 à Bruxelles au sein du comité technique dénommé « Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed ». Peu d’informations ont filtré pendant les deux jours de cette réunion fermée à laquelle la société civile n’était pas invitée. Plusieurs pays avaient exprimé leur intention de s’opposer à une nouvelle autorisation, parmi lesquels la France.

Limite d’épandage du glyphosate dans un champ.

Si Ségolène Royal a depuis longtemps pris position contre ce pesticide, qui est la matière active du Roundup, l’herbicide vendu par Monsanto, c’est la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui est montée au créneau ces derniers jours. Invitée de la matinale de France Info mercredi 18 mai, elle a rappelé les engagements du président de la République, François Hollande, à interdire le glyphosate en France, lors de la dernière conférence environnementale : « Indépendamment des débats sur le caractère cancérigène ou non du glyphosate, (…) les études dont nous disposons montrent que c’est un perturbateur endocrinien » justifiant le principe de précaution en vigueur qui a conduit à demander d’autres études d’ici 2017. « Mais en attendant, nous ne renouvelons pas l’autorisation du glyphosate. »

De son côté, la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, s’est réjouie du résultat, indiquant dans un communiqué : « J’ai été en contact avec plusieurs de mes homologues européens pour leur demander de soutenir le retrait de cette proposition de règlement. D’autres pays, notamment l’Allemagne, l’Italie, la Suède, l’Autriche, le Portugal ont fait savoir qu’ils s’abstiendraient ou qu’ils voteraient contre en cas de vote, ne permettant pas de dégager une majorité suffisante pour que la proposition de la Commission puisse être adoptée. »

Entre oppositions et abstentions, la majorité qualifiée de 55 % des États membres représentant 65 % de la population européenne n’était pas atteinte et il a fallu reporter une nouvelle fois une décision qui se fait pourtant urgente.

Une satisfaction pour les ONG mobilisées dans la lutte contre le glyphosate : « C’est une bonne nouvelle, nous dit François Veillerette, porte-parole de Générations futures. Cela montre que les États se sentent de plus en plus concernés par la question, ils sont embêtés vis-à-vis d’un choix qu’ils devront assumer ensuite. » Selon un sondage récent commandité par l’ONG, plus de deux tiers des Français interrogés sont ainsi opposés au renouvellement du glyphosate.

« La pression citoyenne a obligé les responsables politiques à rester fermes sur le principe de précaution »

Une pétition lancée par Avaaz sur le sujet a ainsi récolté près d’1,5 million de voix sur internet, en quelques semaines. « De nombreux observateurs s’attendaient à voir le renouvellement de l’autorisation du glyphosate expédié il y a quelques mois, mais les gouvernements commencent à comprendre que leurs citoyens refusent d’être des cobayes. Monsanto et d’autres géants de l’industrie chimique ont l’habitude d’obtenir gain de cause ; cette fois-ci, la pression citoyenne a obligé les responsables politiques à rester fermes sur le principe de précaution », a commenté Pascal Vollenweider, directeur de campagne pour Avaaz.

« Dès lors qu’un doute subsiste sur la nocivité d’une substance, il ne s’agit plus de tergiverser, a estimé de son côté la Ligue contre le cancer dans un communiqué commun avec Foodwatch et Générations futures. Décider aujourd’hui ou demain ne change rien au débat : il faut protéger la santé des citoyens et appliquer strictement le principe de précaution inscrit dans nos textes européens. »

Épandage de glyphosate pour faciliter la récolte.

Si les conséquences à court-terme de ce report restent inconnues — une nouvelle réunion avec une nouvelle proposition de la Commission pourrait être convoquée avant la fin juin — Greenpeace a appelé la Commission à « changer de cap », elle qui continue « d’ignorer les préoccupations des scientifiques indépendants, des députés européens et des citoyens européens », déclarait la directrice de la politique alimentaire de Greenpeace Europe, Franziska Achterberg.

Et la pression de la société civile ne va pas se relâcher : Générations futures a déposé plainte mercredi 18 mai auprès du procureur de la République pour tromperie aggravée. L’association estime que plusieurs autorités concernées ont sciemment « sous-évalué les dangers réels posés par le glyphosate ».


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : La bataille contre le pesticide Glyphosate continue

Source : Barnabé Binctin pour Reporterre

Photos : Captures du documentaire « Pesticide et santé l’équation sans solution » diffusé sur Arte le 31 mars 2015. Youtube

DOSSIER    Pesticides Europe

14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim


Dans les mêmes dossiers       Pesticides Europe





Du même auteur       Barnabé Binctin (Reporterre)