La voiture prend trop de place ! Regardez ces images étonnantes

Durée de lecture : 1 minute

23 janvier 2016 / International Sustainable Solutions

On y est tellement habitué qu’on ne s’en rend plus compte. Mais les voitures occupent une place énorme dans les villes. C’est ce que montre le montage étonnant réalisé par l’agence d’urbanisme états-unienne International Sustainable Solutions.

L’agence International Sustainable Solutions (ISS) a pour objet « la recherche et l’identification des meilleures pratiques dans les domaines des transports, de l’énergie, de la planification urbaine et de la gestion des ressources et des déchets ».

Elle a réfléchi aux déplacements pendulaires entre le centre-ville de Seattle et sa périphérie, donc sur les impacts respectifs de la voiture et des moyens de transport alternatifs, comme la marche à pied, le vélo, le bus ou le train de banlieue. Pour rendre lisible les conséquences sur le paysage urbain de Seattle de ces différents moyens de transport, ISS a imaginé le montage photographique qui suit, inspiré de photos prises en Scandinavie dans les années 1970.

En accord avec la municipalité de Seattle, une partie de le 2d Avenue a été bloquée un dimanche matin pour la réalisation de ces photographies, avec l’aide de trois cents volontaires.

Quelle place occupent 200 personnes dans 177 voitures ? si on enlève les voitures ? si elles sont à vélo ? dans des bus ? dans un train ?

View post on imgur.com

Intitulé « Commuter Toolkit » outil pour les mouvements pendulaires »), le projet est détaillé ici.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le vélo meilleur que la voiture pour l’économie globale, démontre une étude

Sources : International Sustainable Solutions et Imgur

DOSSIER    Transports

9 novembre 2019
L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat
Info
9 novembre 2019
Chute du mur de Berlin : les écologistes étaient en première ligne
Info
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Transports