Laurent Pinatel et quatre paysans toujours en garde-à-vue

Durée de lecture : 3 minutes

29 mai 2014 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Les gardes-à-vue des cinq militants de la Confédération paysanne, dont le porte-parole Laurent Pinatel, sont prolongées. Des rassemblements de soutien s’organisent dans plusieurs départements, pour réclamer leur libération.


« Libérez nos camarades ! » Les cris des militants de la Confédération paysanne résonnent dans les rues d’Abbeville et d’Amiens ce matin. « Tous nos efforts sont mobilisés », dit Mikel Hiribarren, membre du syndicat. En colère, il dénonce « une tentative de répression syndicale, d’intimidation et de punition. On ne se croit plus en démocratie ! »

- La veille devant la gendarmerie d’Abbeville -

Tous expriment leur choc après la violence de l’interpellation du porte-parole hier soir : « Il a été traité comme un terroriste, c’est complètement disproportionné. » Une réponse policière et judiciaire démesurée, c’est également l’avis de Maître Djamila Berriah, l’avocate de Laurent Pinatel : « L’arrestation était très musclée, il a été considéré comme un chien. » Un médecin a d’ailleurs constaté des contusions au poignet et à l’épaule.

Laurent Pinatel est accusé de recel aggravé et vol, pour avoir volontairement détenu des pièces de la salle de traite de la ferme-usine.

- Manifestation de soutien à Amiens -

De son côté, l’entreprise Ramery, qui finance le projet d’exploitation, a annoncé qu’elle avait porté plainte. « La Confédération paysanne s’est introduite illégalement sur le chantier, pour non pas y démonter mais bel et bien y saccager la salle de traite », affirme Véronique Vétaux, chargée de la communication de Ramery.

L’entreprise publie un communiqué, envoyé à Reporterre : "Victime d’une nouvelle attaque de la Confédération Paysanne, la ferme dite des mille vaches tient à rétablir les faits.

"Ce matin à l’aube la confédération paysanne s’est une nouvelle fois introduite illégalement sur le chantier de la ferme dite des 1000 vaches de Drucat (80), pour non pas y démonter mais bel et bien y saccager la salle de traite. Les dégâts sont en cours d’évaluation et dépasseront vraisemblablement les 100 000 €. Le porteur du projet se félicite de la réaction des pouvoirs publics qui ont mis en garde à vue 4 personnes ayant participé à ces exactions, d’ailleurs il a d’ores et déjà porté plainte contre les auteurs de ces faits.

"La confédération paysanne reproche à ce projet alors même qu’il n’est pas encore en exploitation de mettre à mal la filière laitière française. A ce stade, il suffit de rappeler que selon les sources du ministère de l’agriculture, 37 % des exploitations laitières françaises ont disparu entre 2000 et 2013".

Libération ou comparution immédiate... A 14h, aucune option judiciaire n’était encore écartée. Alors que l’attente se prolonge devant les gendarmeries d’Abbeville, où sont retenus les quatre militants, et d’Amiens, où se trouve M. Pinatel, des rassemblements s’organisent un peu partout en France à l’appel du syndicat.

Europe-Ecologie-Les-Verts ainsi que le Parti de Gauche ont exprimé leur soutien à l’action. Tous appellent à manifester ce soir à 18h devant le Palais de justice de Paris.

- Réactions de Pascal Durand, d’Europe-Ecologie-Les-Verts et de Martine Billard, du Parti de Gauche -


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos : Confédération paysanne

Lire aussi : Mille vaches : le récit de la journée « démontage » où l’affaire a basculé


Cet article a été rédigé par un journaliste professionnel et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

DOSSIER    Mille Vaches et fermes-usines

THEMATIQUE    Libertés
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative
17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Mille Vaches et fermes-usines



Sur les mêmes thèmes       Libertés





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)