Le Défenseur des droits saisi de plaintes sur les violences policières

14 septembre 2016



Gazages, coups de matraques « gratuits », insultes : un collectif a adressé en juillet au Défenseur des droits 68 réclamations contre des violences policières lors des manifestations contre la loi travail, à Paris et dans le reste de la France.

« Alors que l’état d’urgence reste en vigueur, notre collectif, et bien d’autres, entend visibiliser une situation extrêmement répressive qui est en train de se normaliser », annonce mercredi 14 septembre dans un communiqué le Collectif Stop Violences Policières, à la veille d’une nouvelle mobilisation dans la rue. Ce collectif émane du groupe Defcol (Défense collective) qui s’est constitué lors du mouvement pour aider les manifestants arrêtés.

« Il y a eu des sanctions (...) très significatives », a répondu le ministre de l’Intérieur mercredi sur France Inter. « A chaque fois qu’il y a des policiers dont les agissements ne sont pas conformes à ce que sont les principes de droit et l’usage proportionné de la force, il y a systématiquement des sanctions ».

Interrogé sur le nombre précis de policiers sanctionnés, Bernard Cazeneuve a déclaré qu’il communiquerait un chiffre « dans les heures qui viennent ».

Si certains cas ont donné lieu à des plaintes devant l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la « police des polices », le collectif déplore dans son communiqué des cas d’« intimidations de manifestants blessés », « dont la bonne foi était mise en doute par des agents » de police.

Interrogé par l’AFP, le Défenseur des droits a confirmé avoir reçu les réclamations en juillet et a indiqué que l’instruction des cas a commencé.

- Source : TV5

- Télécharger le communiqué du Collectif :

PDF - 61.4 ko

- Voir aussi : Des documentaristes lancent un appel à témoignage sur les violences policières




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Pour « un dialogue ferme, mais apaisé » entre la police et la société civile


Documents disponibles

  Sans titre

21 janvier 2017
Mobilisation samedi 21 janvier contre le CETA
Lire sur reporterre.net
21 janvier 2017
Philippe Martin est nommé président de l’Agence pour la biodiversité
Lire sur reporterre.net
21 janvier 2017
L’objectif de réduction des ventes de pesticides dispositif a été annulé
Lire sur reporterre.net
20 janvier 2017
Grippe aviaire : le ministre veut « tirer les enseignements de la crise »
Lire sur reporterre.net
20 janvier 2017
En Allemagne, des poids-lourds venus de l’est truqués pour échapper aux contrôles anti-pollution
Lire sur reporterre.net
20 janvier 2017
Comment le marché du luxe chinois tue les derniers tigres
Lire sur reporterre.net
20 janvier 2017
Terra Eco annonce son retour sur internet pour avril
Lire sur reporterre.net
19 janvier 2017
Nouveau record de chaleur sur Terre en 2016, pour la troisième année d’affilée
Lire sur reporterre.net
18 janvier 2017
Un arrêté pesticides allégé soumis à la consultation du public
Lire sur reporterre.net
18 janvier 2017
La fonte des glaces en Antarctique menace une station scientifique
Lire sur reporterre.net
18 janvier 2017
Antonio Tajani, nouveau président du Parlement européen, a couvert le Dieselgate
Lire sur reporterre.net
18 janvier 2017
La moitié des pesticides commercialisés ne sont pas conformes
Lire sur reporterre.net
18 janvier 2017
Aux Etats-Unis, dans le Wyoming, un projet de loi pourrait interdire les énergies renouvelables
Lire sur reporterre.net
17 janvier 2017
Les soupçons du « dieselgate » s’abattent sur Citroën
Lire sur reporterre.net
17 janvier 2017
8 milliardaires détiennent autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Libertés
21 janvier 2017
L’agriculture urbaine déchirée entre business et engagement militant
Enquête
20 janvier 2017
Les idées de la décroissance infusent la société en silence
Tribune
21 janvier 2017
Une journaliste de L’Age de faire a été placée en garde à vue lors d’un reportage sur les migrants
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Libertés