Le Pen se dit sensible aux animaux, mais elle vote contre la cause animale

29 avril 2017 / Flore de Clercq



Marine Le Pen a fait de la protection animale l’un de ses chevaux de bataille pour la présidentielle. Mais au Parlement européen, explique l’auteure de cette tribune, elle et les élus du FN ont refusé les avancées en faveur du bien-être animal.

Flore de Clercq anime un blog sur les animaux. Elle publiera un livre consacré à la communication animale à l’automne 2017.


En mai 2014, lorsque 24 élus frontistes (soit un tiers des élus français) font leur entrée au Parlement européen, ils affichaient leur attachement à « la sécurité sanitaire et alimentaire, le respect de l’environnement et au bien-être animal ». Aujourd’hui encore, en pleine campagne présidentielle, Marine Le Pen prend fait et cause pour le respect des animaux, notamment dans les abattoirs français et dans les laboratoires d’expérimentation animale. Pourtant, les eurodéputés frontistes, dont elle fait partie, s’opposent systématiquement aux amendements contribuant au respect et au bien-être de l’animal.

Dans la perspective de l’élection présidentielle, Marine Le Pen a réitéré les déclarations favorables au bien-être animal « et pas seulement celui de nos animaux de compagnie ». Pourtant, en novembre 2015 lors du vote de la résolution pour une nouvelle stratégie pour le bien-être animal pour 2016-2020, les élus frontistes ont refusé de soutenir de multiples amendements comme l’instauration d’un règlement européen et d’un financement du bien-être animal ou encore une nouvelle politique alimentaire durable pour les animaux. Le rejet de ces amendements a concouru à vider de sa substance cette résolution qui, selon les Écologistes, n’a plus de caractère contraignant pour les éleveurs.

Pascal Durand, eurodéputé d’Europe Écologie-Les Verts considère que cette résolution a été vidée de sa substance et a déclaré : « La Commission ne porte aucune proposition législative sérieuse pour harmoniser la protection et le bien-être animal en Europe. Les groupes politiques qui composent la grande coalition au Parlement européen se sont montrés indifférents aux citoyens et consommateurs qui s’indignent de la maltraitance animale tant dans l’élevage industriel, que dans les abattoirs et le transport. »

Dans une vidéo mise en ligne sur le site du Front national, Marine Le Pen déclare en mars 2017 : « Il faut reconstituer le maillage territorial des abattoirs. Il faut éviter aux animaux d’être transportés dans des conditions qui sont terriblement éprouvantes et même parfois cruelles. » Pourtant, ni elle ni aucun autre élu frontiste n’a voté en faveur de l’amendement visant à introduire une durée maximale de 8 heures pour le transport des animaux.

Le bien-être animal cède la place aux prérogatives de l’homme et à ses traditions 

De façon identique, en mars 2017, seuls 2 élus frontistes ont voté pour une législation européenne visant à mettre fin à l’élevage intensif des lapins.

Enfin, le bien-être animal cède la place aux prérogatives de l’homme et à ses traditions. Les eurodéputés frontistes ont rejeté en bloc la proposition d’adhésion de l’UE à la convention Cites interdisant le commerce international d’espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction.

Des amendements interdisant à l’échelle de l’UE la chasse à des fins récréatives et le commerce de ses produits ainsi que l’utilisation d’animaux s’accompagnant de mauvais traitements et de souffrances, telle que la corrida, n’ont pas reçu l’assentiment de ces élus frontistes.

Alors qu’une très large majorité des Français soutient la cause animale, que cela concerne les traditions ou l’élevage, au moins un tiers de leurs représentants continuent de voter contre l’amélioration des conditions de vie, et de mort, des animaux sur le territoire européen. Il est fort probable que Marine Le Pen, si elle est élue, continuera à soutenir les lobbies au détriment du bien-être animal.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : L’écologie selon Marine Le Pen et le FN : nationaliste et superficielle

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Photo :
. chapô : extrait de la vidéo Défense des animaux : Marine Le Pen s’engage !.

DOSSIER    Animaux Elections 2017

17 octobre 2017
Le film qui sonne la fin du Roundup de Monsanto
À découvrir
17 octobre 2017
Pesticides : décision surprise du tribunal de Foix, il demande à la Cour européenne de trancher
Info
18 octobre 2017
Comment passer à l’électricité verte : on vous explique
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Animaux Elections 2017





Du même auteur       Flore de Clercq