Je fais un don
OBJECTIF :
120 000 €
69370
COLLECTÉS
58 %

Le Vietnam perd son dernier rhinocéros

26 octobre 2011

Le rhinocéros de Java vietnamien n’est plus. Le dernier survivant de l’espèce dans le pays est mort l’an dernier, rapporte le Fonds mondial pour la nature (WWF), mardi 25 octobre.

En cause, ces braconneurs obnubilés par les cornes de cet animal de poids – une tonne environ sur la balance – qui sont prisées par la médecine traditionnelle et qui ont été saluées comme étant un remède contre le cancer, malgré l’absence de preuves scientifiques.

L’information a été confirmée alors que des analyses génétiques d’échantillons de ses excréments dans le parc national Cat Tien de 2009 à 2010 ont montré que cet animal, retrouvé mort avec une balle dans une patte et sa corne en moins, était le dernier dans le pays.

Pour établir la disparition de l’animal, WWF a mené une enquête de terrain. Ils ont utilisé des chiens américains, souligne The Guardian, qui ont l’agréable tâche de localiser l’ensemble des déjections de rhinocéros : « Les résultats des analyses ADN effectuées sur les échantillons ont confirmé que l’ensemble des déjections recueillies dans le parc appartenait au même animal qui a été retrouvé mort peu après la fin de l’enquête. »

« Le Vietnam a perdu une partie de son héritage naturel », a déploré le responsable de WWF au Vietnam.

Le rhinocéros de Java était considéré comme une espèce disparue en Asie continentale jusqu’à ce qu’on retrouve l’un d’eux, tué par des chasseurs au Vietnam en 1988. Cette découverte avait conduit à celle d’un groupe de huit rhinocéros en 2007. Un parc national avait alors vu le jour afin de les protéger.

Après la disparition du continent asiatique du dernier rhinocéros de Java, il ne resterait plus qu’une cinquantaine de rhinocéros de Java dans un petit parc de l’archipel indonésien, d’après WWF.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Disparition des espèces, le rythme s’accélère

Source : Bigbrowser

DOSSIER    Animaux

1er juin 2018
Les fermes-usines se multiplient en France, favorisées par la réglementation
Info
31 mai 2018
Linky, le compteur qui observe la vie privée des gens
Enquête
22 juin 2018
Les Jeux olympiques sont le prétexte à la bétonisation de l’Île-de-France
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Animaux