Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Politique

Le budget 2020 manque le « virage écologique » promis par Macron

Le gouvernement a présenté ce vendredi 27 septembre son projet de loi de finances pour 2020, annoncé comme celui du virage écologique. « On s’attendrait à la présentation d’un budget compatible avec les accords de Paris sur le climat, les objectifs de développement durable et les enjeux environnementaux, incluant des objectifs de cohésion sociale, a déclaré France Nature Environnement dans un communiqué. Pourtant, ce budget manque pour le moins d’ambition de ce point de vue. »

Lors de la présentation du projet de loi de finances, ce vendredi, Bercy a pourtant publié un « livret de la transition écologique », qui recense toutes les mesures en faveur de l’environnement contenues dans ce texte. Un exercice inédit, selon les Échos, qui détaille les principales nouveautés :

  • les crédits de la mission « écologie, développement et mobilité durables » vont grimper l’an prochain de 800 millions d’euros par rapport à cette année. Les moyens mis à la disposition de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF, chargée de coordonner les grands projets d’infrastructures) seront notamment augmentés de 500 millions d’euros.
  • l’instauration de la taxe de solidarité sur les billets d’avion portera la contribution des compagnies aériennes au budget à 230 millions d’euros en 2020.
  • le gouvernement a fait évoluer les critères d’éligibilité de la prime à la conversion automobile en excluant de ce dispositif les véhicules les plus polluants et les plus coûteux. Le bonus automobile sera porté à 6.000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique.
  • 6,3 milliards d’euros seront consacrés au soutien des énergies renouvelables, contre 7,3 milliards annoncés l’an dernier.
  • L’Office français de la biodiversité nouvellement créé sera doté de 41 millions d’euros.

Sur le fond, « les besoins d’investissement en matière de transition sont sous-dimensionnés dans le projet de budget 2020 », a affirmé FNE. Surtout, a précisé l’organisation environnementale, « la hausse annoncée de ce budget [selon Bercy, les crédits de l’Écologie devraient progresser de 640 millions d’euros] masque mal des suppressions de postes massives ». Comme Reporterre l’avait rapporté, le ministère de l’Écologie devrait ainsi perdre 1,8 % d’effectifs (− 1.769 postes) en 2020 et 5 % (− 4.961 postes) d’ici trois ans.

Pourtant, la transition écologique a besoin de ces services dans les territoires pour devenir réalité, accompagner collectivités et entreprises dans la transition. Comment le nouvel Office français pour la biodiversité nouvellement créé pourra-t-il remplir son rôle crucial pour la protection de la biodiversité avec moins d’effectifs ? Comment éviter de nouveaux accidents industriels comme AZF sans personnel pour inspecter les installations industrielles ? L’accident survenu hier dans une usine à haut risque à Rouen nous montre notre vulnérabilité et le besoin de personnel pour contrôler le respect des règles et assurer notre sécurité. » FNE

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende