Le jeune d’une espèce rarissime d’oiseau photographié pour la première fois

Durée de lecture : 4 minutes

23 mars 2020 / Hervé Kempf (Reporterre)

Le martin-pêcheur nain des Philippines vient d’être photographié. Une première ? Pas tout à fait, même si c’est la première fois qu’un jeune de cette espèce est photographié. L’écologiste philippin qui a pris ces images raconte comment il a fait.

Le martin-pêcheur nain des Philippines du Sud (Ceyx mindanensis) a été décrit il y a 130 ans, lors de l’expédition Steere aux Philippines en 1890. Il vient d’être photographié par le biologiste de terrain philippin et directeur du Robert S. Kennedy Bird Conservancy Miguel David De Leon, après plus de dix années de travail, raconte le magazine Esquire vendredi 13 mars. M. Del Leon avait annoncé la nouvelle sur sa page Facebook.

Cet oiseau est la plus petite espèce de martin-pêcheur forestier des Philippines et se caractérise par son plumage saisissant de lilas métallique, d’orange et de points bleus vifs. On le trouve dans les forêts vierges et les forêts de repousse des îles de Mindanao et de Basilan.

Le martin-pêcheur nain des Philippines du Sud a un cri unique, décrit comme un « ziiiip aigu, semblable à un insecte et presque inaudible ». Son comportement a échappé aux scientifiques pendant plus de cent ans. Il est difficile à voir car il se perche tranquillement et se déplace de façon invisible d’un perchoir à l’autre.

Contacté par courriel, Miguel David Del Leon a expliqué à Reporterre comment il avait pris ces photos :

Toutes mes photos des trois dernières années ont été prises dans la forêt protégée située à côté et derrière ma maison sur l’île de Mindanao, dans le sud des Philippines. On peut donc dire que si nous préservons les habitats restants des oiseaux et protégeons les oiseaux contre le braconnage, les hommes et la faune peuvent s’épanouir en commun.

Comme les oiseaux se trouvent à une distance de 50 à 300 mètres de ma maison, j’ai la possibilité de les documenter. En revêtant une peau faite de feuilles de bananier et de palmier, je me rend invisible pour les oiseaux, ce qui me permet de les photographier lorsqu’ils se perchent à cinq mètres de moi.

Bien que nous étudiions ces martins-pêcheurs depuis trois ans, ce n’est que le 11 mars 2020 que j’ai pu photographier les oisillons à la sortie du nid. C’était particulièrement difficile car le terrain est assez escarpé avec des rochers meubles. Les oisillons volent vite, même lorsqu’ils quittent le nid. Et donc, pour les photographier, j’ai dû sortir de la cachette et les suivre avec l’aide de cinq assistants de terrain sur un terrain dangereux. Peu de temps après avoir pris quelques photos, les oisillons ont été récupérés par les parents et ont disparu de notre vue. Toutes les photos ont été prises avec le Canon 1DxII et le Canon EF 600 mm f/4 avec le système de trépied Really Right Stuff.

L’ornithologue précise que l’UICN (Union internationale de la conservation de la nature) classe l’espèce dans la catégorie "vulnérable", principalement en raison de la perte de son habitat. « Dans mon village, précise Miguel David Del Leon, vit une petite population reproductrice de ces martins-pêcheurs nains ; ils peuvent y jouir d’un sentiment de sécurité et de sûreté. Et comme mon village est clôturé et fortement sécurisé, il ne devrait pas y avoir de craindre que la publication de ces photos expose les oiseaux à des risques de braconnage. »

M. Del Leon est biologiste de terrain et chirurgien ophtalmologiste. Il dirige aussi le Robert S. Kennedy Bird Conservancy, un groupe de huit photographes, naturalistes et conservateurs de différents horizons. « Nous nous concentrons sur la documentation de la biologie et de l’écologie d’oiseaux peu connus, dit-il, contribuant ainsi à la science, dans le but de conserver les joyaux vivants des forêts philippines en voie de disparition. »

On trouve par ailleurs sur la chaine youtube de Schmidt’s Birding Index, une vidéo réalisée par M. Del Leon et mise en ligne en mai 2019 montrant un représentant de cette espèce rare :

Le martin-pêcheur nain des Philippines n’est pas facile à photographier. Il l’avait cependant été en 2008, par le naturaliste Rob Hutchinson, comme le signale le site Internet bird coalition

Un martin-pêcheur (Ceyx Mindanensis) photographié en 2008.

Rob Hutchinson, Miguel David Del Leon et deux autres chercheurs ont publié en 2018 un article scientifique sur le comportement de nidification du martin-pêcheur nain des Philippines. Le voici en téléchargement :

Nidification du martin-pêcheur nain des Philippines-2018

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Ornithologue cherche oiseau pour lui passer la bague au doigt

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photos :
. Martin-pêcheur nain des Philippines en 2020 : Miguel David Del Leon



Documents disponibles

  Nidification du martin-pêcheur nain des Philippines-2018
DOSSIER    Animaux

10 avril 2020
La solidarité avec les paysans, socle de l’autonomie alimentaire de demain
Chronique
9 avril 2020
L’Afrique de l’Est est envahie par des nuées de criquets pèlerins
Info
3 avril 2020
Confinés avant le virus, ils témoignent
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Animaux





Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)