Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Habitat et urbanisme

Le mal-logement est une bombe à retardement selon la fondation Abbé Pierre

La fondation Abbé Pierre a publié lundi 2 février son 26e rapport annuel sur l’état du mal-logement en France. Et le constat est sans appel : face à la crise du Covid, les personnes victimes de mal-logement font face à une double peine.

Alors que l’on aurait pu croire que cet épisode se limite à une parenthèse douloureuse, cette crise apparaît de plus en plus comme porteuse de conséquences durables. Si la prolongation de la trêve hivernale puis l’instruction ministérielle ont permis de limiter fortement le nombre d’expulsions (3.500 expulsions avec le concours de la force publique en 2020, contre 16.700 en 2019), la consigne ministérielle n’a pas été appliquée partout. Une enquête de l’Institut national d’études démographiques (Ined) révélait que, début mai, 24 % des Français craignaient de rencontrer des difficultés pour payer leur loyer, crédit immobilier ou charges dans les douze prochains mois. Enfin, le nombre d’attributions de logements HLM en 2020 devrait chuter de 20 %, soit près de 100.000 attributions en moins.

Face à cela, les politiques publiques ont été réactives pour limiter la casse sociale, mais se contentent trop souvent de mesures conjoncturelles et insuffisantes. Alors que la crise aurait pu représenter une opportunité de changements structurels pour mettre à l’honneur la protection des plus faibles, la valorisation des services publics essentiels, la refonte des minima sociaux et la relance du Logement d’abord, le plan de relance apparaît, pour tous ces chantiers indispensables, comme une occasion manquée pour changer profondément et durablement les priorités de la puissance publique. »

La France compte plus de 300.000 personnes sans-domicile, à la rue ou dans des hébergements d’urgence.

Source : Fondation Abbé Pierre
Photos : © NnoMan Cadoret/Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende