Les Secouristes volontaires toulousains : la paix au coeur des manifestations

12 janvier 2019 / Valérie Lassus et Alain Pitton (Reporterre)

À Toulouse, devant la violence des manifestations entre les Gilets jaunes et les forces de l’ordre, un groupe d’une soixantaine de volontaires s’est constitué pour porter secours à tout le monde. Reporterre les a suivis pendant un mois et demi.

  • Toulouse (Haute-Garonne), reportage

En France, on a d’abord entendu leur nom lors de l’expulsion de la Zad de Notre-Dame-des-Landes, les streets medics. Depuis, ces secouristes volontaires œuvrent partout où la répression des contestations est agressive. À Toulouse, la Ligue des droits de l’homme (LDH) recense 250 à 300 blessés depuis début décembre. L’absence d’écho donné à leur nombre et à la gravité des blessures n’empêche pas la prise de conscience et les initiatives. Ainsi, la Ville rose a vu naître aux côtés d’une poignée de medics solitaires un groupe étonnant par sa genèse et sa sociologie : les « secouristes volontaires toulousains ». Un groupe d’une soixantaine de bénévoles qui reflète les valeurs démocratiques portées par les Gilets jaunes, dont beaucoup sont issus.

Une équipe en action : deux secouristes confirmés s’occupent des soins. Un volontaire s’occupe de filmer et photographier, un autre est en rapport avec la régulation, les autres font « la bulle » en levant les bras autour de ceux qui prodiguent les premiers soins alors qu’un canon à eau est en approche. Toulouse, le 5 janvier 2019.

« Nous portons secours à tout le monde : manifestants, passants, policiers. Je pense que notre attitude permet une tolérance des forces de l’ordre à notre égard. Nous avons été les seuls à rencontrer le directeur de cabinet du préfet et à passer un accord oral de principe pour que nos équipes puissent travailler à peu près sereinement. Il arrive que les forces de police essaient de nous empêcher de passer, tentent de nous intimider en nous bloquant, qu’ils nous arrosent sciemment avec leur canon à eau… Mais, d’autres fois, ils nous remercient d’être là, nous facilitent l’accès à un blessé. Des petites choses. Il faut maintenir ce sésame », explique Julien, colosse à la trentaine souriante.

Voici les portraits de quelques-uns de ces volontaires.

Guillaume Bru : « Moi, je suis le citoyen lambda »

Guillaume, à Toulouse, le 15 décembre.

Le 4 décembre, Guillaume Bru, choqué par ce qu’il a vu trois jours plus tôt en manifestation, poste un appel sur Facebook. Le lendemain, ils étaient 40 à la première réunion. Les « secouristes volontaires toulousains » étaient nés.

Le succès de la page Facebook ? Oui, ça m’a surpris, surtout que moi, je ne suis personne, je suis le citoyen lambda. Je n’ai aucune expérience de secouriste, j’ai une formation de pilote mais, aujourd’hui, je travaille dans une entreprise de sous-traitance aéronautique. Bref, je ne suis pas une voix qui compte. Comme d’autres, j’ai juste fait le constat de l’absence de services de prise en charge des blessés. La brutalité, elle est des deux côtés, mais là, on a vu [dans toute la France] des yeux crevés, une main et un pied arrachés, un coma, un décès à Marseille, des passants de tous âges gazés, coursés…
Comme certains d’entre nous viennent au départ du mouvement des gilets jaunes, nous accordons une grande importance au fonctionnement démocratique du groupe. Parce que les Gilets jaunes viennent de toutes les catégories socioprofessionnelles, nous avons pu rassembler des compétences multiples, récolter des contacts très utiles de gens qui connaissent le droit, trouver des locaux, etc. Nous sommes par exemple épaulés pour la partie juridique par la LDH, la Fondation Copernic et un collectif d’avocats. »
Guillaume Bru


Clément : « La reconnaissance des gens me porte »

Clément, à Toulouse, le 8 décembre.

Clément a 29 ans. Il est 100 % Toulousain, informaticien, sauveteur secouriste du travail, Gilet jaune affirmé. Ce sont ses premières manifestations.

Le premier lundi des manifestations lycéennes, j’étais dans le centre-ville pour le travail et j’ai voulu voir comment se passait la manif. Quand j’ai observé le comportement des flics envers les gamins, j’ai été scandalisé. Le lendemain, j’ai pris mon matériel, j’étais avec ma compagne et des amis, j’ai commencé à porter secours, comme ça, tout seul. C’est là qu’on m’a parlé de l’initiative de Guillaume. Depuis, je n’ai plus quitté le groupe. Le fait de prendre soin de son équipe, de savoir que les autres sont là, c’est fort.
Ce qui me touche énormément et me porte, ce sont les remerciements que l’on reçoit de toutes parts. C’est le signe qu’on fait quelque chose d’utile, c’est une reconnaissance. J’en ai même repris un projet que j’avais laissé tomber : devenir ambulancier. Jusqu’à présent, j’étais dans la production. En gros, je faisais gagner des sous à une entreprise. En allant vers l’aide aux gens, ma vie prend un autre sens. »
Clément


Julien : « Je ne pouvais pas accepter de voir ça sans agir »

Julien rappelle comment poser un garrot tourniquet, le 5 janvier, avant la manifestation, à Toulouse.

Ancien pompier militaire, aujourd’hui régisseur de théâtre, Julien se forme pour devenir moniteur secouriste.

Moi, c’est en voyant les images à la télévision que j’ai eu le déclic. C’était le 1er décembre, on parlait d’émeutes, il y avait des incendies au cœur de la ville, un truc que les Toulousains n’avaient jamais vu. C’était juste pas possible pour moi d’accepter de voir ça sans agir. Depuis, je participe à toutes les manifestations, gilets jaunes, Marche pour le climat, lycéens... Nous n’avons pas de message à faire passer, notre job c’est d’agir contre la violence, d’où qu’elle vienne. Mais nous essayons d’aller plus loin, en offrant des conseils juridiques et une aide sociale. Avec d’autres bénévoles, nous nous sommes mis par exemple à faire des maraudes pour aider les SDF. C’est comme ça, il y a dans ce groupe beaucoup d’humanité, une chaleur extraordinaire. »
Julien


Inaya : « Avec eux, j’ai grandi »

Inaya, à Toulouse, le 15 décembre.

Inaya vient de laisser tomber son boulot dans la restauration pour pouvoir mieux se consacrer au secourisme. Elle a été sapeur-pompier volontaire pendant deux ans. Sa vie n’est pas un long fleuve tranquille. Elle a cofondé l’Association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles. Son fils a failli y passer, il a mis un an à s’en sortir. Inaya s’est battue comme une lionne. Donner, elle connaît.

Mon premier et seul souvenir de manif, c’était à Troyes, contre le CPE [contrat première embauche]. J’y étais allée avec ma grande sœur. Rien à voir. Ici, j’ai commencé en Gilet jaune mais le déclic s’est fait dans la manifestation lycéenne du 6 décembre. J’ai vu des enfants de 12, 14 ans se faire matraquer, une violence, un manque de distinction vis-à-vis des divers participants et des passants particulièrement choquants de la part des policiers.
Avec les Secouristes volontaires, j’ai grandi, j’ai pris dix ans. C’est une claque émotionnelle de se rendre compte de ce que l’on peut apporter aux autres, que l’on peut faire du bien, concrètement, là, sur le terrain. Une sensation d’utilité que je n’avais pas de la même façon, même en soignant mon enfant et en aidant d’autres familles touchées. J’en étais venue à penser “Tous pourris”, qu’il n’y avait plus de valeurs humaines dans ce monde, tout ça… Je me trompais. On met nos vies entre les mains de nos collègues, des liens forts se tissent. Cette solidarité, c’est beau, ça fait du bien. »
Inaya


Ophélie : « Je cherchais ma place »

Ophélie, à Toulouse, le 29 décembre.

Ophélie est animatrice auprès d’enfants. Elle a exercé mille et un boulots après ses études de psycho. Elle possède un brevet de secourisme « qui date » et elle est engagée dans plusieurs mouvements à vocation sociale et/ou écologique.

Même si je suis d’accord avec les revendications des Gilets jaunes, j’étais contre la forme que prenait leur mouvement. Je suis quand même allée faire un tour à la manifestation du 1er décembre. Ce que j’ai vu en centre-ville était révoltant : les forces de police tiraient des gaz et des flashballs sans aucun discernement, c’était la panique totale. Je me suis dit que je ne pouvais pas ne rien faire. Je cherchais ma place dans ce mouvement quand je suis tombée sur la page Facebook de Guillaume. Et à la première réunion, ça a été une énorme émotion de se retrouver au milieu de tous ces gens tellement différents mais prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes. Les secours, c’est éreintant, ça peut être dur, mais ça a du sens. Je m’amuse bien et je me retrouve. Cette aventure humaine intense qui nous fait tous évoluer, on est en train de réfléchir à lui donner une suite. »
Ophélie


Regarder le port-folio de notre reportage




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Les médics de la Zad soignent les corps et les esprits

Source : Valérie Lassus pour Reporterre

Photos : © Alain Pitton/Reporterre
. chapô : Gaël fait la « bulle » au milieu des gaz lacrymogènes pendant que les secouristes confirmés interviennent auprès d’une femme blessée à la tête par une grenade lacrymogène, à Toulouse, le 29 décembre 2018.

DOSSIER    Gilets jaunes

THEMATIQUE    Luttes
17 janvier 2019
Les trois lobbies selon François de Rugy : EDF, l’automobile, la chasse. Interview
Entretien
16 janvier 2019
L’industrialisation de la forêt maltraite aussi les hommes
Info
16 janvier 2019
Pourquoi les ingénieurs ne sont-ils pas plus écolos ?
Une minute - Une question


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Gilets jaunes



Sur les mêmes thèmes       Luttes