Reporterre
a besoin de vous
0 €
COLLECTÉS
100 000 €
OBJECTIF
12
JOURS
65 %

Les articles de Reporterre que vous avez préférés en 2016

16 décembre 2016



Dialogue, bienveillance, Nuit debout, luttes écologiques : ce sont les thèmes qui ont le plus retenu l’attention des lectrices et lecteurs de Reporterre en 2016. Grâce à leurs dons, grâce à vos dons, on continue encore mieux à vous informer l’an prochain.

Depuis trois semaines, nous avons lancé notre Appel de Noël, indispensable pour permettre au quotidien de l’écologie de continuer à informer librement, sans publicité, sans actionnaire. Merci de votre retour, qui nous encourage, et merci de continuer à envoyer vos dons et à faire circuler notre appel.

On vous a raconté les prochains temps forts de Reporterre, puis on a rappelé les valeurs qui nous guident. Et si on faisait un retour sur ce qui vous a passionné cette année ? Avant un nouveau et grand cru l’année prochaine... avec vous !

Voici les trois articles que vous avez le plus lus en 2016

  • Le dialogue inattendu entre policiers et manifestants de Nuit debout — (19 mai 2016, 150.154 vues, selon les chiffres de Google analytics le 12 décembre 2016)

    Mercredi 18 mai 2016, alors que la manifestation « contre la haine anti-flic » rassemblait place de la République les principaux syndicats des forces de l’ordre, un étonnant dialogue s’est noué entre deux policiers de la CGT police et des participants de Nuit debout. Regards croisés sur les violences en manifestation par la journaliste Émilie Massemin.
  • Keny Arkana : « Sans un effort de bienveillance, la guerre civile nous attend » — (17 juin 2016, 133.248 vues uniques)

    Violences policières, Notre-Dame-des-Landes, Front national, Nuit debout mais aussi écologie, Pierre Rabhi, spiritualité et zapatisme… la rappeuse marseillaise Keny Arkana a accordé à Reporterre un entretien. Redoutant une guerre civile, elle souhaite une ouverture des consciences à la bienveillance. Entretien par Barnabé Binctin et Vladimir Slonska-Malvaud.

  • Des maraîchers bannis de l’île d’Arz par des résidents secondaires — (26 juillet 2016, 80.071 vues uniques)

    Malgré le soutien de deux maires successifs, un couple de maraîchers a dû renoncer à son installation sur cette petite île du golfe du Morbihan. Le site reste abandonné aux ronces, aux touristes et aux résidences secondaires. Un reportage sur l’île d’Arz de Lorène Lavocat.

Viennent ensuite :

Une trentaine de sociologues ont parcouru la place de la République en interrogeant les participants à Nuit debout. Ils partagent, dans cette tribune, les premiers enseignements tirés de ces centaines d’entretiens.

Éditorial de Hervé Kempf.

La politique du bio en Auvergne-Rhône-Alpes va être transformée en profondeur. L’exécutif régional, présidé par Laurent Wauquiez, va retirer aux acteurs historiques du bio leur rôle dans le développement d’une agriculture paysanne et locale au profit des promoteurs du productivisme.

La Guyane est « menacée par un tsunami affairiste » : le gouvernement entend confier la gestion d’une mine d’or à une transnationale russe, explique Fabrice Nicolino dans cette tribune. Il en appelle à Nicolas Hulot, Allain Bougrain-Dubourg, Pierre Rabhi, et aux lecteurs de Reporterre pour que débute la « grande bagarre de Guyane ».

Le traité de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis se discute dans une grande opacité. À force d’insistance, il a été obtenu que les députés puissent consulter les comptes-rendus de négociation. Dans une salle sécurisée, en présence d’un surveillant et avec interdiction de recopier des passages. Reporterre a suivi la procédure avec le député Noël Mamère. Récit en vidéo... édifiant.

L’industrie pharmaceutique va bien, très bien même. Grâce aux Français, leurs plus fidèles clients au monde, mais d’abord grâce à un intense et efficace travail de l’ombre auprès des autorités politiques et sanitaires et des médecins. Si la santé des laboratoires est renforcée par ces pratiques, ce n’est pas le cas de celle des patients.

Dans un discours remarquable, dont nous présentons la vidéo, le ministre président de la Wallonie, Paul Magnette, explique pourquoi la région qu’il dirige refuse de valider le Ceta.

Les images de « débordements » lors des Nuits debout et des manifestations contre la loi travail excitent les médias et contribuent à empêcher l’émergence d’un mouvement de masse. Mais ces débordements sont souvent suscités par des policiers en civil, dont l’usage est bien peu « républicain ».

On continue ? Oui ! Avec votre aide indispensable

Alors, vous voyez qu’on fait de la bonne info !

Nos comptes sont publiés annuellement et vous trouverez toutes les infos sur l’utilisation de vos dons ICI.

Tous les mois, plus de 500 donateurs nous font confiance. Et vous ?

Merci de votre soutien, que vous concrétisez ICI.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : L’écologie, l’indépendance : ce qui nous guide

Dessins : © Tommy/Reporterre

Photos :
. Keny Arkana : © Vladimir Slonska-Malvaud/Reporterre
. Arz : © Lorène Lavocat/Reporterre

24 juin 2017
Un paysan a été tué par les gendarmes
Reportage
30 mai 2017
Quand les citoyens gèrent l’argent de leur député, la transparence avance
Alternative
22 avril 2017
Les chercheurs défendent dans la rue la liberté de la science
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre