Non merci, Mme Royal, je ne veux pas de la Légion d’honneur

Durée de lecture : 4 minutes

14 novembre 2016 / par kempf

Chère Madame Royal,

D’abord, j’ai cru à une plaisanterie : un appel de votre chef de cabinet adjoint me demandant si j’acceptais d’être décoré de la Légion d’honneur. J’ai retenu mon envie de rire. Et puis le courriel est arrivé, confirmant la proposition.

Je vous remercie de votre attention, mais ai l’honneur de refuser cette distinction. Elle me parait tout à fait incompatible avec l’exercice du métier de journaliste, dont un principe de base est, pour assurer sa liberté, de se tenir à distance des personnes de pouvoir et d’en refuser les avantages ou distinctions qu’elles voudraient lui prodiguer.

Permettez-moi, d’ailleurs, de vous rappeler l’état déplorable de la liberté de la presse :

  • Quasiment tous les grands médias, écrits et audiovisuels, appartiennent à des milliardaires ou à des grandes entreprises. Voyez cette carte, dressée par Acrimed et Le Monde diplomatique :
Une journaliste de M6 et un photographe molestés à Rennes, le 2 juin 2016.

Tout ceci rend impossible à un journaliste, s’il lui en prenait la fantaisie, d’accepter une décoration de la part d’un gouvernement qui n’a rien fait, au contraire, pour limiter le pouvoir des oligarques et les atteintes à la liberté d’informer.

Rétablir l’équité entre les médias des oligarques et les médias libres

Je travaille, au sein de l’équipe de Reporterre et comme beaucoup de journalistes et de médias libres, pour que puissent être entendues d’autres voix que celles du néo-libéralisme, de la xénophobie, et du productivisme. Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas de décorations, mais de la liberté de travailler, et de l’équité.

Comment expliquez-vous qu’Aujourd’hui en France, qui appartient au milliardaire Arnault, Libération, qui appartient au milliardaire Drahi, Le Monde, qui appartient au milliardaire Niel et à ses comparses, Le Figaro, qui appartient au milliardaire Dassault, reçoivent de l’Etat respectivement 7,8 millions d’euros, 6,5 millions, 6,5 millions et 5,4 millions ? Alors que, pour prendre un exemple au hasard, Reporterre ne reçoit pas un centime de ces aides ?

- Télécharger le tableau des aides à la presse en 2015 :

Aides à la presse en 2015

Je ne tends pas la main pour mendier, Mme Royal, mais pour qu’on mette tout le monde sur pied d’égalité : que soient supprimées les subventions à ces titres de milliardaires, et on verra qui recueillera l’attention du public.

Lectrices, lecteurs, apportez à l’information libre votre soutien financier, plutôt que la Légion d’honneur

Nous dépendons des lecteurs. C’est ce que je leur demande ici. Plutôt que de nous envoyer des Légions d’honneur, soutenez-nous financièrement, en cliquant sur ce LIEN.

Vous nous aiderez à continuer à sortir de bonnes informations, libres et écologiques comme durant l’année 2015-2016 :
. révélation du scandale Renault,
. suivi attentif du mouvement Nuit debout et de Notre-Dame-des-Landes,
. premier portrait en France de Bernie Sanders - le candidat qui aurait battu Trump si le Parti démocrate ne l’avait pas défavorisé,
. rapport sur les violences policières,
. mise en évidence du phénomène encourageant des néo-paysans,
. révélations sur l’homicide par les gendarmes de Rémi Fraisse...

Bientôt sur Reporterre, l’interview...

Au fait, Mme Royal, vous nous avez refusé jusqu’ici une interview. Maintenant que vous voulez me donner une décoration, ça sonne vraiment bizarre, ce refus. On se parle bientôt ?

Avec mes salutations respectueuses


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Dessin : © Red !/Reporterre



Documents disponibles

  Aides à la presse en 2015
THEMATIQUE    Libertés
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
17 octobre 2019
EN VIDÉO – Le 115 du particulier, une communauté autogérée d’anciens SDF
Alternative
17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien


Sur les mêmes thèmes       Libertés



Du même auteur       kempf