Les forestiers se mobilisent contre l’industrialisation de la forêt

Durée de lecture : 6 minutes

18 mai 2018 / Gaspard d’Allens (Reporterre)

Jeudi, près d’un millier de personnes ont défilé dans plusieurs villes de France pour dénoncer la « privatisation rampante » de l’Office national des forêts et la disparition des missions de service public.

  • Toulouse (Haute-Garonne), reportage

Ce jeudi 17 mai, les forestiers sont sortis du bois à l’appel de l’intersyndicale représentant près de 90 % des professionnels de l’ONF — l’Office national des forêts. Ils ont manifesté dans cinq villes en France pour dénoncer « la privatisation rampante » de l’établissement et l’industrialisation qui menace les forêts publiques. Les différents cortèges ont rassemblé, à l’échelle nationale, près d’un millier de personnes. 300 à Nancy et à Mâcon, 120 au Mans, 170 à Avignon et près d’une centaine à Toulouse.

Dans la Ville rose, la marche a débuté au niveau de la gare SNCF. Un symbole vu le troublant parallèle entre le sort des hommes du rail et ceux de la forêt. « Notre situation est moins visible que celle des cheminots mais ce sont les mêmes logiques à l’œuvre, témoigne Philippe Canal, secrétaire national du Snupfen (Syndicat national unifié des personnels des forêts et de l’espace naturel) Solidaires, en début de cortège. La direction utilise le prétexte d’un déficit creusé par une série de décisions gouvernementales pour remettre en cause le statut d’établissement public de l’ONF et tenter de faire passer en force une convention collective qui revoit à la baisse les rémunérations de nombreux salariés. »