Les paysans ligotés par les normes faites pour les multinationales

Durée de lecture : 1 minute

25 avril 2016 / Isabelle Saporta

Savez-vous quelle pression écologique un âne exerce sur son pâturage ? Votre carrelage est-il réglementaire ? Connaissez-vous le supplice de la pédichiffonnette ? La hauteur de votre « végétation concurrentielle » — l’herbe ! — est-elle conforme ? Vous êtes perdu ? Eux aussi !

Ils s’appellent Gérard, Nelly, Jean-Baptiste, Anaëlle… Isabelle Saporta, journaliste et auteur notamment du Livre noir de l’agriculture et de VinoBusiness, les a rencontrés. De Tracy-sur-Loire à Créances, de Noceta à Eygalières, ils sont éleveurs d’agneaux de pré-salé ou de poules de Marans, fabricants de bruccio, de beaufort ou de roquefort, vignerons…

Vous mangez leurs viandes, leurs fromages. Vous dégustez leurs vins. Leurs produits sont servis sur les plus grandes tables du monde. Et pourtant… l’administration les harcèle en permanence, transformant leur quotidien en enfer. Quant à l’agrobusiness, il attend tranquillement son heure. Son arme pour mettre à mort ces défenseurs du terroir ? Les asphyxier sous d’innombrables normes formatées par et pour les multinationales.

Ceux qui résistent ne demandent qu’une seule chose : qu’on cesse d’assassiner en toute impunité la France de la bonne chère !


- Foutez-nous la paix ! par Isabelle Saporta, Albin Michel, 336 p., 19,80 €.

Source : Albin Michel



Lire aussi : L’agrobusiness : toujours plus d’argent, toujours moins de paysans
DOSSIER    Alimentation

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Alimentation