Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Agriculture

Les semences et plants potagers de nouveau autorisés à la vente

Le risque avait alerté jardiniers cultivant un potager, maraîchers et paysans : dans de nombreux départements français, la vente de plants de légumes ou plantes aromatiques avait été considérée comme non essentielle.

Mercredi 1er avril au soir, face aux protestations, la secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher a donc annoncé devant le Sénat que les plants et semences à vocation alimentaire étaient désormais considérés comme de « première nécessité », pendant le confinement lié au coronavirus.

Le gouvernement autorise ainsi pépinières et jardineries à rouvrir, sous conditions strictes. Ils ne peuvent pas vendre de plants d’ornement. Mais des arbres fruitiers, ou des plants de légumes pour le potager sont autorisés. Les départements prennent peu à peu les arrêtés permettant la réouverture des points de vente. Le commerce est cependant limité, dans la plupart des départements, aux marchés autorisés, aux rayons de jardineries déjà ouvertes car fournissant matériel agricole et aliments pour animaux, aux dispositifs de retrait de commande ou de livraison à domicile, et à la vente directe sur le lien de production (éventuellement avec prise de rendez-vous).

Ces mesures sont prises alors que les fermes produisant ces plants entament leur plus forte période d’activité de l’année. La filière horticole attendait cette adaptation depuis plusieurs jours et s’en satisfait, même si les plantes d’ornement sont exclues du dispositif. Marianne Destain, ancienne présidente de la fédération régionale d’horticulture, précise : « En général pour les horticulteurs, les mois de mars, avril et mai représentent la moitié du chiffre d’affaires annuel. »

La professionnelle alerte aussi sur les denrées périssables que sont ces plants : « On ne peut pas stocker nos cultures de bégonias, d’œillets d’Inde, qui sont dans des petits pots. Et comme on n’a pas de vente, on commence malheureusement à jeter nos stocks. »

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende