Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Libertés

Liberté d’informer, Reporterre poursuit la bataille juridique

Le ministre de l’Intérieur a refusé de lever la condamnation d’Alexandre-Reza Kokabi, journaliste à Reporterre, accusé de « manquement à la sûreté aéroportuaire » à la suite d’un reportage. Nous déposons un recours contentieux au tribunal. Nous irons jusqu’au bout pour défendre la liberté d’informer.

Tout a commencé le 26 juin 2020. Dans l’exercice de ses fonctions, Alexandre-Reza Kokabi couvrait une action de désobéissance civile organisée par le mouvement écologiste Extinction Rebellion. Vingt-huit activistes ont pénétré sur les pistes de l’aéroport d’Orly, le jour de sa réouverture post-confinement, demandant l’interdiction immédiate de tous les vols intérieurs « pour lutter contre le changement climatique et l’effondrement de la biodiversité ».

Nous avions décidé collectivement, en conférence de rédaction, que Reporterre devait couvrir cet évènement : les actions de désobéissance civile font partie de l’actualité, et nous devions en informer nos lectrices et lecteurs. Comme l’expliquait Alexandre-Reza Kokabi dans un témoignage publié en septembre dernier, « le reporter doit toucher au plus près de l’activité humaine, des joies, des révoltes, des doutes et des certitudes des personnes et des groupes, pour mieux les raconter ». C’est pourquoi nous avions refusé le traitement journalistique consistant à confectionner un article à partir des communiqués d’Extinction Rebellion et d’Aéroports de Paris.

Alors qu’il réalisait des interviews, prenait des photos et racontait l’action aux lectrices et lecteurs de Reporterre dans un article nourri en direct, notre journaliste a été interpellé, puis placé en garde à vue en même temps que les activistes. Il a pourtant décliné à plusieurs reprises son identité, carte de presse à l’appui. Accusé d’entrave à la circulation aérienne, il a été conduit à la gendarmerie d’Orly, puis transporté à la brigade de gendarmerie de Pontoise. Il a été privé de liberté pendant dix heures.

Un an plus tard, dans une décision datée du 16 juillet 2021, le sous-préfet chargé de mission pour l’aéroport Paris-Orly, représentant de l’État français, pourtant avisé de sa qualité de journaliste, a prononcé à l’encontre d’Alexandre-Reza Kokabi une amende de 750 euros, justifiée par un « manquement à la sûreté aéroportuaire ».

Considérant qu’il s’agissait d’une atteinte grave à la liberté d’informer, Reporterre et Alexandre-Reza Kokabi ont décidé de contester l’amende. Un recours hiérarchique a été déposé le 16 septembre auprès du ministre de l’Intérieur, M. Gérald Darmanin, lui demandant de lever cette condamnation. Mais le ministre n’a jamais répondu, ce qui représente une décision implicite de rejet. Nous avons donc déposé lundi 17 janvier un recours contentieux, auprès du tribunal administratif de Melun.

Nous réaffirmons que couvrir une action illégale, pour un journaliste, n’est pas se rendre complice de cette action. Le tribunal de police d’Annecy a d’ailleurs rendu un jugement très clair en ce sens : deux journalistes, poursuivis pour des faits similaires sur le tarmac de l’aéroport d’Annecy, en septembre 2020, ont été relaxés en avril 2021 et en mai « au titre de la liberté d’information ». De même, une équipe de reporters de France Télévisions, ayant pénétré sur une piste de l’aéroport de Roissy le 3 octobre 2020 pour suivre des militants écologistes, ont été laissés libres de circuler après avoir montré leur carte de presse aux forces de l’ordre.

Reporterre ne cédera pas, quelle que longue et pénible dusse être cette voie juridique, ne payera pas cette amende et soutient son journaliste dans son refus de la payer. Avec votre aide et votre soutien, chères lectrices et chers lecteurs. Et nous continuerons, tous les jours et coûte que coûte, de nous rendre sur le terrain pour vous proposer une information indépendante et libre sur l’écologie.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende