Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Agriculture

Nicolas Hulot boycotte les États généraux de l’alimentation



Contrairement à ce qui était prévu, Nicolas Hulot n’est pas venu à la journée de clôture des États généraux de l’alimentation, jeudi 21 décembre. Le ministre de la Transition écologique devait s’exprimer à Bercy, aux côtés du ministre de l’Agriculture et de la ministre de la Santé.

Officiellement, il aurait un problème d’agenda ; mais d’après notre journaliste sur place, « les ONG disent qu’il est mécontent des arbitrages rendus ».

« Les annonces ne correspondent pas à l’ambition de Nicolas Hulot, ni à celle des ONG, explique Arnaud Gauffier, du WWF. Ce que nous attendons, ce sont des plans d’action pour mettre en œuvre les promesses d’Emmanuel Macron. Au cours de ces États généraux, on a beaucoup discuté des objectifs, mais sans parler de moyens. On ne peut pas nous parler d’un grand plan pour l’agriculture biologique tout en coupant les aides. Pour réduire les pesticides, on ne peut pas se contenter de l’annonce floue de rénover la gouvernance du plan Écophyto. »

  • Écoutez l’explication d’Arnaud Gauffier, du WWF :

Les débats seront normalement conclus par le Premier ministre, Édouard Philippe, qui dévoilera le projet de loi censé équilibrer les relations commerciales entre agriculteurs, transformateurs et distributeurs.

En réaction à l’absence de Nicolas Hulot, la Plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire, regroupant une cinquantaine d’associations, a publié le communiqué suivant :

« Les acteurs de la plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire sont inquiets de l’absence de Nicolas Hulot à la journée de conclusion des Etats Généraux de l’alimentation.

Le ministre de la Transition écologique retirerait-il sa caution aux conclusions des Etats généraux ?

Après 6 mois de discussions, place à l’action. Pourtant, les décisions sur la phase sociétale et environnementale sont reportées à plus tard. Nous attendons des mesures concrètes avec des calendriers et des moyens.

Sur l’agriculture biologique par exemple, aucun objectif ambitieux est posé, ni aucun soutien financier. De même sur la sortie des pesticides, ou la lutte contre les contaminants chimiques.

Les organisations refusent une telle clôture des EGA et appellent le Président de la République à honorer les conclusions des ateliers du 2e chantier, en cohérence avec son discours de Rungis. »

  • Source  : Reporterre.
  • Photo : © Fanny Dollberg/Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende