Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefPollutions

« Plasticose », la nouvelle maladie des oiseaux marins

L'ingestion de déchets plastiques provoque une plasticose sur les oiseaux. Ici, un albatros ayant ingéré du plastique, aux États-Unis.

Une étude menée en Australie a permis d’identifier une nouvelle maladie chez les oiseaux marins, causée par l’ingestion de déchets plastiques. Publiée fin février par la revue Journal of Hazardous Materials, cette étude révèle des cas de fibroses digestives chez de jeunes puffins à pieds pâles. Une espèce qui vit dans les océans Pacifique et Indien.

« L’ampleur et la gravité des fibroses constatées dans cette étude permettent d’envisager une nouvelle maladie de fibrose induite par le plastique, que nous appelons “plasticose” », écrivent les chercheurs. Cette maladie est provoquée par de petits éléments de plastique qui enflamment le tube digestif. Progressivement, l’intérieur de l’estomac se retrouve couvert de cicatrices. La croissance de l’oiseau, ses capacités digestives et au final sa survie sont impactées. L’animal a beau avoir l’air bien portant, à l’extérieur, il est rongé de l’intérieur, alertent les auteurs.

C’est la première fois qu’une telle étude est menée sur les tissus de l’estomac d’oiseaux marins. L’espèce des puffins à pieds pâles a été choisie, puisque réputée comme étant très exposée au plastique.

Alors que les alertes sur le front de l’environnement continuent en ce mois de septembre, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les derniers mois de 2023 comporteront de nombreuses avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela. Allez-vous nous soutenir cette année ?

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre n’a pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1€. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende