Pollution de l’air : l’État risque une lourde amende pour inaction

Durée de lecture : 4 minutes

3 juillet 2020



La décision pourrait être historique. Le Conseil d’État — la plus haute juridiction administrative française — s’est réuni en assemblée, vendredi 3 juillet, pour examiner un recours déposé par Les Amis de la Terre France, accompagnés de 77 autres requérants. Les associations et lanceurs d’alerte dénoncent l’inaction du gouvernement en matière de protection de la qualité de l’air.

Les valeurs limites de concentration en dioxyde d’azote (NO2) sont régulièrement dépassées dans de nombreuses zones, comme à Paris, Marseille, Toulon ou encore Grenoble. Pour ce qui est des valeurs limites en particules fines PM10, elles sont aussi dépassées à Paris et Fort-de-France (Martinique).

En juillet 2017, à la suite d’un premier recours déposé par Les Amis de la Terre France, le Conseil d’État avait rendu un arrêt, enjoignant le Premier ministre et le ministre chargé de l’environnement « de prendre toutes les mesures nécessaires pour que soit élaboré et mis en œuvre, pour chacune des zones énumérées [1] (…) un plan relatif à la qualité de l’air permettant de ramener les concentrations en dioxyde d’azote et en particules fines PM10 sous les valeurs limites (…) dans le délai le plus court possible. »

Affirmant que depuis 2017, le gouvernement n’a toujours pas pris des mesures efficaces pour faire baisser les concentrations de polluants dangereux pour la santé en-dessous des valeurs limites à ne pas dépasser, les Amis de la Terre France ont déposé, avec des médecins et des associations de défense de l’environnement et de la santé nationales, un second recours en octobre 2018. C’est pour répondre à cette requête que le Conseil d’État s’est formé en assemblée et a tenu une audience publique ce vendredi 3 juillet.

L’État ne peut pas « se déroger à une obligation de résultat »

Le rapporteur public a d’abord souligné l’importance de la pollution de l’air, rappelant que celle-ci serait à l’origine d’au moins 48.000 morts prématurées chaque année. Il a ensuite conclu que l’État n’avait exécuté la décision de 2017 que « très partiellement », et que rien n’indiquait une « tendance durable à la baisse » de ces polluants. Le rapporteur public a ajouté que le gouvernement ne pouvait pas « se déroger à une obligation de résultat », ni se contenter de simples « feuilles de route », qui ne permettent pas de vérifier si les mesures entreprises (« à supposer qu’elles soient réalisées »), permettent une réelle baisse de la pollution de l’air, ni dans quel délai.

Dans son recours, Les Amis de la Terre France demandaient à ce que l’État soit condamné à verser 100.000 euros par jour (soit environ 18 millions d’euros par semestre) tant que la décision de 2017 ne sera pas respectée. Le rapporteur public a préféré recommander une astreinte de 10 millions d’euros par semestre. Il a par ailleurs suggéré qu’une partie de cette somme (sans la quantifier) soit reversée à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

« Le montrant de l’astreinte proposée par le rapporteur est inédit dans la jurisprudence, indique Me Louis Cofflard, avocat des associations et personnes requérantes. Il se rapproche du montant des amendes susceptibles d’être prononcées par la Cour de justice de l’Union européenne et montre l’intérêt qu’attache le Conseil d’État au respect de sa décision, à l’autorité de la justice face à celle du gouvernement, ainsi qu’aux enjeux majeurs liés à la qualité de l’air en France. » La décision a été mise en délibéré et sera rendue sous trois semaines.





[1Pour l’année 2015, les valeurs limites de concentration en dioxyde d’azote étaient encore dépassées dans douze zones (ZUR Rhône-Alpes, Paris Ile-de-France, Marseille Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Toulon Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Nice Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Saint-Étienne Rhône-Alpes, Grenoble Rhône-Alpes, Lyon Rhône-Alpes, Strasbourg Alsace, Montpellier Languedoc-Roussillon, ZUR Champagne-Ardenne et Toulouse Midi-Pyrénées) ; et pour cette même année, les valeurs limites en particules fines PM10 demeuraient dépassées dans trois zones : ZUR Rhône-Alpes, Paris Ile-de-France et ZUR Martinique.


Lire aussi : Pollution de l’air : la France condamnée par la justice européenne

Source : Justine Guitton-Boussion pour Reporterre

Photo : Pollution de l’air à Lille, en février 2019. Wikicommons.



31 juillet 2020
L214 et la Ligue des droits de l’Homme attaquent la cellule Déméter en justice
Lire sur reporterre.net
31 juillet 2020
Le préfet de Seine-Maritime autorise l’abattage de 1.430 renards
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
De plus en plus de cours d’eau s’assèchent en France
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Triste record en 2019 : le plus grand nombre de défenseurs de la terre assassinés en une seule année
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Pesticides : les habitants de Tautavel privés d’eau potable
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
« Autoroute ferroviaire », « train des primeurs » : Jean Castex esquisse un plan de relance du fret
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Trois milliards d’animaux touchés par les feux de forêt en Australie
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
En 46 ans, la population de poissons migrateurs a baissé de 76 %
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Aux Etats-Unis, de grands groupes pétroliers financent la police
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Le Premier ministre Jean Castex dénonce l’ « écologie punitive voire sectaire » et prône la croissance verte
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Convention citoyenne pour le climat : le gouvernement commence à prendre des mesures, mais au rabais
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
À la Réunion, une opposition toujours vive contre la « nouvelle route du littoral »
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Bérangère Abba, Joël Giraud : l’engagement écolo à géométrie variable des nouveaux secrétaires d’État
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Le bruit sismique d’origine humaine a diminué de 50 % pendant le confinement
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Une Australienne lance un procès à propos des pertes financières dues au changement climatique
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Pollutions
31 juillet 2020
Malgré ses annonces, l’État pourrait laisser Amazon construire des entrepôts à gogo
Info
31 juillet 2020
Écologistes, nous marchons contre le racisme et pour la justice sociale
Tribune
1er août 2020
EN BÉDÉ - L’avion, un secteur qui doit (beaucoup) décroître
Info


Sur les mêmes thèmes       Pollutions