Quand une Chambre d’agriculture réserve ses informations - en principe publiques - à la FNSEA

Durée de lecture : 3 minutes

30 mai 2016 / Julie Lallouët-Geffroy (Reporterre)

Depuis la mi-avril, la Chambre d’agriculture de la Mayenne, organisme pourtant public, ne fournit plus ses données et analyses techniques à L’Avenir agricole, le journal indépendant local. En revanche, Agri’53, le nouveau journal départemental, édité par la FDSEA, le syndicat agricole majoritaire, en a l’exclusivité.

En Mayenne, en 2015, un agriculteur avait deux moyens pour s’informer : Chambr’infos 53, le bulletin d’informations gratuit de la chambre d’agriculture et le journal indépendant L’Avenir agricole. Indépendant, cela est à souligner, car la quasi-totalité de la presse agricole départementale est financée, en France, par les Chambres d’agriculture, les syndicats, les banques, les assurances et les coopératives.

En janvier 2016, la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) de Mayenne [1] décide de lancer son propre journal, Agri’53. En parallèle, la Chambre d’agriculture cesse de faire paraître son bulletin d’informations, Chambr’infos 53, dans lequel figurait des données techniques importantes pour conduire cultures et élevages. Ces informations ont été transférées au journal de la FDSEA mais l’Avenir agricole, lui, a cessé de les recevoir.

L’agriculteur mayennais a donc toujours deux sources d’information, dorénavant toutes les deux payantes. En revanche, les informations techniques ne sont plus publiées que dans le journal syndical. L’agriculteur mayennais peut aussi consulter les analyses de la Chambre d’agriculture sur internet, mais elles paraissent désormais de manière moins régulière. Ainsi, le journal de la FDSEA est le meilleur moyen d’avoir les informations techniques liées à la pousse de l’herbe ou encore à l’état des pâtures.

Des pratiques « d’un autre temps » 

Ce nouvel état de fait ne passe pas du tout pour Michel Guillet, le rédacteur en chef de l’Avenir agricole. « Les Chambres d’agriculture sont des organismes publics, les données et analyses qu’elles produisent sont donc publiques. Mais là, la Chambre d’agriculture de Mayenne offre la primeur de ses informations à un journal syndical. Auparavant, elle envoyait ces données à notre rédaction tous les mercredis alors que nous mettions sous presse le journal le jeudi, et ça fonctionnait très bien. Désormais, nous ne recevons plus ces informations. À mon sens, ça pose un sérieux problème. » Il s’est fendu d’une lettre adressée à ses lecteurs pour leur expliquer la situation et y dénoncer la mainmise de la FDSEA. Ce dont le président de la FDSEA 53, Philippe Jehan, se défend en affirmant qu’Agri’53 « n’est pas un journal syndical », dans un entretien accordé à Ouest France.

Pour le syndicat minoritaire, la Confédération paysanne, Agri’53 est clairement un journal syndical qui vient d’obtenir l’exclusivité des données techniques publiques. D’ailleurs, le syndicat a adressé un courrier aux élus pour dénoncer cette « rétention d’informations » de la part de la Chambre d’agriculture. Dans un communiqué précédent, daté d’octobre 2015, la Confédération paysanne dénonçait également la suppression du bulletin d’informations gratuit et l’apport financier octroyé par la Chambre au journal de la FDSEA.

Courrier de la Confédération paysanne aux élus du département.

Pour le rédacteur en chef de l’Avenir agricole, ces pratiques « sont d’un autre temps » et ne se limitent pas à ces informations techniques. « Les sessions de la Chambre d’agriculture sont fermées au public et à la presse. C’est aux Chambres de décider, ou pas, d’inviter la presse et de publier ses procès-verbaux. Cela arrive alors que nous parlons d’organisme public. » Michel Guillet compte adresser un courrier au ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, ainsi qu’aux élus afin de pointer « l’opacité qui règne dans les Chambres d’agriculture. Il est temps qu’elles publient leurs comptes et que leurs sessions soient ouvertes à tous, comme c’est le cas pour un conseil municipal, par exemple ».

La Chambre d’agriculture de Mayenne n’a pas donné suite à aux demandes d’entretien de Reporterre.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


[1Les FDSEA sont les échelons départementaux de la Fédération nationale des exploitants agricoles, la FNSEA, majoritaire en France.


Lire aussi : Beulin-Pinatel : deux visions de l’agriculture, interviews croisées

Source : Julie Lallouët-Geffroy pour Reporterre

Photos : © Avenir agricole



Documents disponibles

  Courrier de la Confédération paysanne aux élus du département.
THEMATIQUE    Agriculture Libertés
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
19 octobre 2019
En Loire-Atlantique, l’opposition monte contre le bétonnage de terres par un « surf park »
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Agriculture Libertés





Du même auteur       Julie Lallouët-Geffroy (Reporterre)