Radio Bambou pour les enfants : le camp sans déchets, l’étonnant oiseau batteur, et la Zad de Notre-Dame-des-Landes

Durée de lecture : 3 minutes

29 juillet 2017 / Mathilde Bouquerel (Reporterre)

« Radio Bambou » est le magazine radio de Reporterre, pour expliquer l’écologie aux enfants entre 8 et 12 ans. Dans ce quatrième épisode, Bambou a appris l’existence du cacatoès noir, un drôle d’oiseau qui joue de la batterie, a découvert la Zad de Notre-Dame-des-Landes et à participé à un camp scout très écolo.

Salut les humains !

Je m’appelle Bambou. Je suis un panda roux, je vis à la ménagerie du Jardin des Plantes, à Paris. Il n’est pas mal, mon enclos, mais moi, je suis très curieux. Alors, dès que mes gardiens ont le dos tourné, je me faufile à l’extérieur et je vais me balader. Je rencontre plein de gens et je leur pose des questions sur le sujet qui me passionne : l’écologie. J’enregistre tout avec un micro que j’ai… emprunté à un humain distrait et je l’envoie par courriel à Reporterre. Vous êtes prêts ? On y va !


Le cacatoès noir, l’oiseau qui joue de la batterie

Vous, vous chantez sous la douche (pas la peine de mentir, on vous a entendus), lui, il joue de la batterie. Lui, c’est le cacatoès noir : un gros perroquet gris foncé qui vit en Australie. Il coupe des petits bouts de branche et les prend avec ses pattes pour taper en rythme sur des troncs d’arbre, un peu comme un batteur de groupe de rock. C’est le seul animal — avec vous autres humains — qui fabrique un outil pour faire de la musique. Mais pourquoi, au juste, le cacatoès noir joue-t-il de la batterie ?

Le cacatoès noir.

Vous avez dit Zad ?

Notre-Dame-des-Landes, c’est un petit bocage — une zone de nature composée de prairies — près de la ville de Nantes. Depuis 2008, c’est aussi ce qu’on appelle une Zad ou « zone à défendre » : un endroit où les habitants du coin et des personnes qui se battent pour la planète se rassemblent et protestent contre ce que le gouvernement veut y construire. Par exemple, à Notre-Dame-des-Landes, contre un aéroport. Parce que, pour le construire, il faudrait détruire les plantes, chasser les animaux et les agriculteurs qui y vivent. Les 8 et 9 juillet, un festival avait lieu à la Zad pour parler des grands projets inutiles comme celui-là. Et moi, je me suis dit que c’était une bonne occasion de faire le point sur tout ce qui s’est passé à Notre-Dame-des-Landes depuis presque dix ans.

Notre-Dame-des-Landes.

Le premier camp scout français zéro déchet

Cet été, j’ai fait mon premier camp scout avec les louveteaux (de scouts de 8 à 12 ans) des Batignolles. Les scouts, vous connaissez peut-être, ce sont des groupes d’enfants et ados qui portent une chemise et un foulard de couleur et font des activités ensemble. L’été, pendant une semaine ou plus, ils partent vivre dans la nature et apprennent à se débrouiller. Celui auquel j’ai participé était un peu spécial : c’était le premier camp scout zéro déchet en France. L’idée, c’est de ne pas en laisser sur place bien sûr, mais même d’en produire le moins possible. Les louveteaux m’ont donné une chemise et un foulard (je marchais un peu dessus d’ailleurs, mais bon…) et ils m’ont fait faire une petite visite.

Le camp scouts zéro déchet.

Voilà les humains, c’est tout pour le moment, mais on se retrouve après la pause de Reporterre au mois d’août !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : RADIO - Bambou raconte l’écologie aux enfants : cette semaine, miel et abeilles, défense des animaux, et vacances !

Source : Mathilde Bouquerel pour Reporterre

Photos :
. chapô : un panda roux. Pixabay (CC0)
. cacatoès noir : Wikimedia (Valyfa/CC BY-SA 4.0)
. Zad : © Nicolas de la Casinière/Reporterre



Documents disponibles

  Le cacatoès noir.   Notre-Dame-des-Landes.   Le camp scouts zéro déchet.
DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes Radio Bambou

THEMATIQUE    Nature Pédagogie Education
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes Radio Bambou



Sur les mêmes thèmes       Nature Pédagogie Education





Du même auteur       Mathilde Bouquerel (Reporterre)