Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Libertés

Sivens : prison avec sursis pour un gendarme ayant blessé une opposante

Mardi 8 janvier, à Toulouse, un gendarme du Tarn a été condamné à 6 mois de prison avec sursis assortis de l’interdiction de porter une arme pour avoir blessé par une grenade de désencerclement une opposante au projet de barrage à Sivens, dans le Tarn.

Le 7 octobre 2014, trois semaines avant la mort de Rémi Fraisse, une jeune femme avait été blessée à la main en ramassant une grenade de désencerclement jetée par un gendarme à l’intérieur de la caravane où elle s’était réfugiée.

Le maréchal des logis chef de Gaillac était poursuivi pour « violences volontaires ayant entraîné une ITT [incapacité temporaire de travail] de quinze jours avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique ».

Les témoins convoqués par la partie civile ont transformé l’audience en tribune contre les armes non létales, et en particulier les grenades de désencerclement. Depuis le lancement du mouvement des Gilets jaunes, 12 personnes ont perdu un œil et quatre ont eu une main arrachée à cause de ce type d’armes, de plus en plus utilisées par les forces de l’ordre.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende