Sous le vent des herbes de la Dame de onze heures

20 avril 2015 / Corinne Morel Darleux



Dans les montagnes du Vercors drômois, Gurprasad et Matthieu ont installé leur fabrique végétale, la Dame de onze heures. De la cueillette à la confection artisanale, ils produisent des sirops et des huiles naturelles débarrassées de perturbateurs endocriniens ou de pesticides.


Corinne Morel Darleux

Dimanche, 17h30, comme un parfum d’été. C’est le retour des bruissements d’ailes, danse de bourdons et d’abeilles, et une vraie jungle de brins de muguet qui s’apprête à fleurir dans le jardin pour le 1er mai. J’ai passé l’après-midi à les encourager du regard, à mesurer l’avancée du liseron grimpant sur le poteau en bois, à engueuler les pucerons sur les rosiers, à jauger la vigueur du bambou et à me demander si on aura des bébés kiwis cette année.

Le temps de m’arracher à la contemplation des jonquilles et d’enfiler un jean, c’est l’heure de filer. Dans le Diois on n’a pas de métro alors on sort la moto, direction les Payats. Toute la vallée reprend du vert tendre, dans les ruelles on croise des gamins débraillés, au sourire extatique, qui reviennent échevelés d’une journée de rivière. Sur la route les odeurs d’herbe coupée, les variations de température quand on passe dans un bosquet, et au bout du village, un chemin de terre, une maison avec un pommier, deux ânes et le Vercors en toile de fond. Nous avons rendez-vous avec Gurprasad et Matthieu, les artisans de la Dame de onze heures.

La fleur aux six pétales

La Dame de onze heures, c’est une fleur de Bach que l’on croise dans le Diois. Aussi appelée Star of Bethleem, elle épanouit six pétales blancs en forme d’étoile autour d’un cœur jaune. Si joliment que Gurprasad l’a choisie pour en faire l’emblème de sa fabrique végétale. Chez eux, une maison ancienne en pierres, naguère occupée par des maraichers, il y a un garage rempli de bocaux, de jeunes pousses et de bourgeons, et en haut des escaliers une cuisine qui sert de labo. Des chaises dans le jardin pour prendre un petit verre de rosé au soleil de fin de journée, une bétonnière et de la terre retournée.

Matthieu et Gur, diminutif de son prénom indien, n’y sont installés que depuis quelques semaines. Ils se sont rencontrés lors d’un stage de yoga, se tiennent par la taille et se chuchotent des mots en anglais depuis que Matthieu est rentré de Chine, où il était guide de randonnée depuis sept ans. Ce géographe, breton d’origine, découvre alors le Diois, commence une formation de guide pour poursuivre son activité, du Yunnan tibétain au Vercors drômois, mais la veille de l’examen son genou lâche.

Ils décident alors de s’associer : Gurprasad travaille depuis sept ans à son projet. Elle a suivi une formation à l’école lyonnaise pour les plantes médicinales, qu’elle a approfondie au Centre de formation permanente pour les adultes de Die et mise en pratique en stage dans une ferme. Puis elle s’est lancée dans sa propre fabrique et diffuse depuis un an ses produits.

L’arrivée de Mathieu a donné à sa petite Dame de onze heures un nouvel élan : accréditation des douanes, participation à des salons bio en Suisse, achat d’un I-pad et mise à plat des éléments visuels. C’est d’ailleurs sur la base d’un troc extraits de bourgeons contre graphisme qu’on se retrouve ce dimanche à discuter Asie, politique, fleurs et soins à l’ombre d’un tilleul.

Huiles naturelles sans perturbateurs endocriniens

La première fois que j’ai vu Gur, c’était dans un champ terreux, où elle travaillait avec Guillaume le maraîcher pour une collecte de patates - mémorablement désastreuse au passage, comme Gur s’en souvient en plaisantant. Je la retrouve aujourd’hui tout sourire, caressant ses bourgeons du bout des doigts, parcourant le jardin pour me montrer là de jeunes pousses de romarin, là un plant de verveine, un tilleul ou encore un cornouiller sanguin.

Elle s’est spécialisée en gemmothérapie : des bourgeons mis à macérer trois semaines dans un mélange d’alcool de blé et de sirop d’agave, qu’elle « dynamise » - c’est-à-dire qu’elle agite « d’une certaine manière » - chaque jour pour obtenir le mélange mère. Celui-ci est ensuite filtré pour ne conserver que la partie liquide, puis dilué jusqu’à obtenir un breuvage.

Légalement, celui-ci ne peut pas être vendu comme un médicament, l’autorisation pour vendre en médicinal est bien trop coûteuse à obtenir pour eux, c’est donc sous forme d’apéro ou de sirop que la Dame de onze heures vend ses flacons de cassis - l’aspirine de la gemmothérapie, en quelque sorte.

Gur m’explique les macérats, les agréments en cosmétique et en alimentaire, le choix des flacons opaques pour protéger des UV, les soins que rendent chaque essence et bourgeon, la vente postale pour pouvoir se concentrer sur la production et ne pas saturer plus le marché local, sur lequel se trouvent déjà amis et compagnons du Diois.

Pour leur fabrique, Gur et Mathieu se fournissent principalement en cueillette sauvage : jeunes pousses de framboisiers, bourgeons de figuier, platane, bouleau... 500 grammes de bourgeons fournissent environ 20 litres de produit par dilution. Les plantes fraîches sont elles utilisées en association avec des huiles essentielles et végétales - olive, sésame, jojoba - et de la cire d’abeille, placées en « macération solaire » trois semaines puis filtrées pour devenir onguents et baumes du jardinier.

Que j’accepte naturellement dans un sourire radieux de tester avec assiduité et sérieux, en pensant à ces alertes maintes fois répétées, rarement entendues, sur les perturbateurs endocriniens et la présence de nanomatériaux dans toutes ces crèmes et autres soins qu’on s’applique soigneusement sur la peau.

Ecologie, beauté, santé : tout est lié

Un rapport récent d’épidémiologistes et d’économistes de la santé a pourtant évalué le coût sanitaire en Europe des perturbateurs endocriniens, présents dans les cosmétiques et l’alimentaire, à plus de 150 milliards d’euros en coûts directs de santé, et indirects liés à l’absentéisme notamment.

Ce qui n’empêche pas, malgré toutes les évidences de cause à effet établies entre ces produits et la recrudescence de pathologies, que la commission européenne continue, sous la pression des lobbies, à fermer les yeux, comme le prouve encore l’autorisation récente de 31 pesticides malgré un rapport alarmant qui a été caviardé sous pression de deux firmes, Bayer et BASF. Et une fois de plus, je me dis que tout est lié en matière d’écologie, d’alimentation, de santé et de beauté...

Le temps de se redire la chance que nous avons, de savourer une dernière gorgée de rosé en cherchant des yeux l’oiseau qui nous vaut ce chant joyeux, et nous repartons, un flacon de cassis dans la poche, et une furieuse envie de séjour au Yunnan, littéralement le Sud des Nuages. Contempler le fleuve en fureur de Salouen en fumant des cigarettes Hongmei, passer de la Ville du printemps éternel aux pagodes de Dali, parcourir les rizières en terrasse et goûter si l’eau pure des montagnes est comme on le dit naturellement sucrée. Le Yunnan, aussi appelé ce dimanche aux Payats, le « Diois chinois »...




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Les Chroniques de Corinne Morel Darleux

Source et photos : Corinne Morel Darleux pour Reporterre

Corinne Morel Darleux est coordinatrice des assises de l’écosocialisme et conseillère régionale Front de gauche Rhône Alpes. Son blog : Les petits pois sont rouges.

DOSSIER    Chroniques de Corinne Morel Darleux

THEMATIQUE    Santé
20 novembre 2017
La pêche électrique tente de faire son retour en Europe
Info
21 novembre 2017
JCDecaux veut censurer une association anti-publicitaire
Info
18 novembre 2017
La chasse nuit à la biodiversité, démontre un naturaliste
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Chroniques de Corinne Morel Darleux



Sur les mêmes thèmes       Santé





Du même auteur       Corinne Morel Darleux