Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Brève — Monde

Trump livre les parcs nationaux américains à l’extractivisme

À compter de ce vendredi 2 février, l’administration Trump permettra aux citoyens et aux entreprises de revendiquer des concessions sur les parties déclassées des parcs nationaux de Bears Ears et du Grand Staircase-Escalante, dans l’Utah, en vue d’ouvrir des mines sur ces terres jusque-là protégées.

La déclassement a réduit de plus de 80 % la superficie du monument Bears Ears de 500.000 hectares, créé par le président Barack Obama en 2016. Il a réduit de moitié le monument Grand Staircase-Escalante (dont la superficie est de 769.000 hectares), protégé par le président Bill Clinton en 1996.

Malgré les protestations des défenseurs de l’environnement, des chefs de tribu locaux, de législateurs démocrates et même de Victoria Tauli-Corpuz, rapporteure spéciale des Nations Unies sur les droits indigènes, le Bureau of land management (BLM) de l’administration Trump prévoit de permettre la revendication de terrains suivant le processus régi par la loi générale de 1872 sur les mines, cuivre, l’or, l’argent et uranium (mais pas le charbon et le pétrole).

D’après l’agence Reuters, « le processus de dépôt d’une réclamation reste à peu près semblable à ce qu’il était lors de la ruée vers l’or » :

Il suffit qu’un prospecteur enfonce quatre poteaux dans le sol correspondant aux quatre points d’une parcelle pouvant atteindre 20 acres (8ha environ) et accroche sur l’un d’entre eux, une description écrite de sa revendication. Il dispose alors de 30 jours pour enregistrer sa propriété au bureau local du BLM.

Frais de dépôt : 212 $ et frais d’entretien annuels : 150 $. Contrairement aux lois régissant l’extraction du pétrole, il n’y a pas de directives environnementales spécifiques à l’exploitation de roches dures et aucune obligation de payer une redevance. Les revendications fournissent aux prospecteurs des droits miniers mais pas la propriété de la terre.

La décision de Trump livre des milliers de sites sacrés essentiels à la préservation de la nature et des cultures autochtones régionales, ainsi que des sites archéologiques, à des profanations, contaminations et destructions irréversibles.

-  Sources :
. Common Dreams
. Reuters

  • Photo : Grand Staircase-Escalante National Monument in Utah (ksblack99/Flickr)

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire