Un décret inopiné autorise l’expérimentation de la publicité sur les trottoirs

Durée de lecture : 2 minutes

4 janvier 2018



Il n’aura pas fallu longtemps aux (mal)heureux élus pour décliner ou tempérer la possibilité d’expérimenter la publicité sur les trottoirs, accordée par un décret paru le 24 décembre 2017. Bordeaux, Lyon et Nantes ont en effet été autorisées à tester un nouveau format publicitaire sur le sol, par dérogation à plusieurs règles du code de l’environnement et du code de la route. Le décret pose plusieurs règles : le marquage doit être biodégradable (base aqueuse ou crayeuse), il doit durer moins de dix jours, ne pas dépasser 2,5 m2. De plus, au moins 80 m doivent espacer deux publicités au sol. La collectivité doit effectuer une évaluation de cette expérimentation tous les six mois.

Dès le 26 décembre, la mairie de Bordeaux a rappelé son refus régulier face à ce type de demandes, considérant que cela constitue une pollution visuelle. Elle indique également n’avoir jamais été consultée en amont de cette décision. Nathalie Delattre, sénatrice de la Gironde, va même plus loin et indique avoir demandé aux ministre de l’Intérieur de « bien vouloir motiver les intentions du gouvernement et la finalité » de ce décret. Nantes lui a emboîté le pas dès le 28 décembre, arguant également de la pollution visuelle. La Ville prévoit d’ailleurs de réduire la densité des panneaux publicitaires à partir de février 2018. La métropole de Lyon a quant à elle choisi de tempérer et annonce mener une concertation avec les communes de l’agglomération avant de mettre en œuvre cette publicité expérimentale.

En 2015, la Ville de Paris avait adopté une délibération fixant à près de 500 euros la tarification de l’enlèvement de ces publicités, avec demande de remboursement à l’entreprise qui a réalisé le marquage au sol.





Lire aussi : JCDecaux veut censurer une association anti-publicitaire


18 septembre 2020
À Gonesse, une fête pour lutter contre trois projets inutiles
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2020
Une partie de la forêt de Compiègne « privatisée » pour la chasse à courre
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2020
Zone à faible émission : sept villes sommées de limiter la circultation des véhicules polluants
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2020
Nos portables pourraient accentuer la mortalité des insectes, selon une étude
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
Nouveau report pour le Congrès mondial de la nature
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
À Port-la-Nouvelle, les travaux du port géant se poursuivent malgré l’opposition
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
Un paysan accusé de violences : il a lancé une bouse de vache lors d’une action
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
En Bulgarie, un écologiste est en grève de la faim depuis 40 jours
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
Un recours contre le projet du gouvernement d’offrir des sites « clé en main » aux industriels
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
Foodwatch dénonce les emballages alimentaires à moitié vides
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2020
La Commission européenne propose de réduire de 55 % en 2030 les émissions de gaz à effet de serre
Lire sur reporterre.net
16 septembre 2020
Les deux tiers des fruits non bios contiennent des résidus de pesticides
Lire sur reporterre.net
16 septembre 2020
Biodiversité : aucun des 20 « objectifs d’Aïchi » n’a été atteint en 10 ans
Lire sur reporterre.net
16 septembre 2020
L’accord de libre-échange UE-Mercosur « va accroître des dynamiques mortifères »
Lire sur reporterre.net
16 septembre 2020
La fumée des feux américains va jusqu’en Europe
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Libertés
19 septembre 2020
Le traité Mercosur aurait des conséquences désastreuses pour l’Amazonie
Info
18 septembre 2020
« Les retenues d’eau aggravent la sécheresse, et la vulnérabilité de l’agriculture »
Entretien
18 septembre 2020
Avec le projet de contournement de Montpellier, la voiture reste reine
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Libertés