Un village picard résiste à l’usine à vaches

2 mars 2013 / Pascale Solana (Reporterre)

Dans la Somme, les habitants se rebellent contre le projet d’une ferme géante de 500 vaches. Ils manifestent le 3 mars à Paris.


Eté 2011 : la population d’une petite commune de la Somme, à Drucat, au nord d’Abbeville, apprend l’installation prochaine de la plus grande ferme-usine de France dans son voisinage : un élevage laitier géant (qui donne son nom au projet, dit des "Mille vaches") qui sera associé à un méthaniseur de puissance industrielle, et mis en oeuvre par la société SCEA Côte de la Justice.

La lutte s’organise avec la création notamment de Novissen (acronyme de « NOs VIllages Se Soucient de leur Environnement », prononcez « nos vies saines ») une association qui depuis milite pour faire annuler ce projet jugé mettre « en péril la santé, la sécurité, l’environnement, l’emploi ». De plus « il pose la question de la condition animale et montre de façon évidente les dérives de tout un système ! »

Début 2013 : une décision préfectorale autorise le projet de ferme, mais avec 500 vaches. Novissen maintient sa position, arguant que les extensions futures ne sont pas exclues et qu’une exploitation de 500 vaches reste une exploitation géante et une forme d’élevage intensif. L’association attire aussi l’attention sur d’autres projets d’agrandissements d’élevages industriels (porcs, volailles) du secteur.

Aussi le 3 mars, Novissen, qui affiche de nombreux soutiens (EELV, Cap 21, FNE, Confédération paysanne…), a prévu de défiler à Paris, de la gare Montparnasse au Salon de l’agriculture dont ce sera le dernier jour, pour dénoncer les dérives de l’élevage industriel.

........................

Complément d’info :

- Association Novissen

- Un article du Courrier Picard : « Ferme des 1000 Vaches : Novissen montre les cornes »




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Pascale Solana pour Reporterre

Lire aussi : Une ferme géante provoque la polémique dans la Somme

DOSSIER    Mille Vaches et fermes-usines

THEMATIQUE    Agriculture
30 janvier 2019
Dans le Diois poussent les champignons de l’autonomie
Chronique
18 décembre 2018
L’appel de Greta Thunberg
Info
16 février 2019
La grève des jeunes pour le climat gagne Paris
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Mille Vaches et fermes-usines



Sur les mêmes thèmes       Agriculture





Du même auteur       Pascale Solana (Reporterre)