Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefJustice

Victoire judiciaire : des militants de Greenpeace relaxés

Ces manifestants avaient mené une action devant l'Élysée pour dénoncer le « silence » d'Emmanuel Macron face à la déforestation en Amazonie, en septembre 2020.

Neuf militants de Greenpeace France ont été relaxés par le tribunal correctionnel de Paris mercredi 5 avril. Ils étaient poursuivis pour entrave à la circulation de véhicules et participation à une manifestation prohibée après une action devant l’Élysée en septembre 2020. Ils voulaient dénoncer l’inaction d’Emmanuel Macron face à la déforestation en Amazonie. Les militants risquaient jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 4 500 euros d’amende.

Dans un communiqué de presse, l’ONG a parlé d’une « victoire judiciaire importante pour Greenpeace France à l’heure où la répression et la volonté de musellement des mouvements écologistes et sociaux est de plus en plus alarmante ».

Les militants étaient notamment accusés de participer à une manifestation interdite. Or, l’arrêté d’interdiction avait été pris alors qu’ils étaient déjà sur place. Il n’avait été publié que le lendemain. Ainsi, le parquet a reconnu que l’infraction de participation à une manifestation interdite n’était « pas constituée ».

Cette décision s’inscrit dans un contexte particulier. Le tribunal administratif de Paris, saisi notamment par la Ligue des droits de l’Homme, le Syndicat de la magistrature et le Syndicat des avocats de France, vient d’enjoindre à la préfecture de police de communiquer les zones de rassemblements interdits à l’avance sur son site internet.

Alors que les alertes sur le front de l’environnement se multiplient, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les dernières semaines de 2023 comporteront des avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela.

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre ne dispose pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1 €. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

Abonnez-vous à la lettre d’info de Reporterre
Fermer Précedent Suivant

legende