Vivre en Chine coûte trois ans et demi d’espérance de vie

13 septembre 2017



La Chine va entrer dans la quatrième année de sa guerre contre la pollution. Mais le combat décrété par le Premier ministre Li Keqiang est encore loin d’être gagné. Selon une nouvelle étude de l’Energy Policy Institute de l’Université de Chicago (EPIC) évoquée par le quotidien Les Echos mercredi 13 septembre, l’incapacité du pays à réguler la qualité de son air ampute, en moyenne, l’espérance de vie de ses citoyens de trois ans et demi par rapport aux nations affichant des standards de pollution conformes à ceux préconisés par l’Organisation mondiale de la santé.

Pour atteindre cette conclusion, l’EPIC a décortiqué, de 2004 à 2012, l’évolution des niveaux de pollution et des taux de mortalité dans 154 grandes villes chinoises. Ses chercheurs ont ainsi découvert un bond de mortalité lié aux maladies cardio-respiratoires provoquées par les épisodes de pollution atmosphérique. Ils ont encore identifié d’importantes différences de mortalité entre les régions chinoises affichant des profils industriels et énergétiques différents.

Ainsi au nord du pays, comme à Harbin, où le gouvernement alimente des centrales au charbon l’hiver pour fournir gratuitement du chauffage à la population, l’espérance de vie des habitants peut être amputée de 6,9 années du fait de la forte concentration de particules nocives pendant plusieurs mois de l’année. A l’inverse, au sud du fleuve Huai, où l’Etat ne fournit pas de chauffage gratuit, l’espérance de vie peut être supérieure de trois ans par rapport au Nord.

Conscient de ces dangers, le gouvernement chinois a promis dès 2014 de s’attaquer à cette pollution atmosphérique et a considérablement renforcé ses contrôles et ses efforts. L’an dernier, le ministère de l’Environnement reconnaissait toutefois que seules 84 des 338 villes qu’il surveillait avaient affiché des qualités d’air conformes aux standards nationaux, moins sévères que les normes conseillées par l’OMS.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Pékin souhaite interdire les voitures essence et diesel


24 novembre 2017
L’éclairage nocturne affecte gravement les écosystèmes
Lire sur reporterre.net
23 novembre 2017
Cigéo : une commission recommande une expertise internationale sur certains déchets
Lire sur reporterre.net
23 novembre 2017
Forêt de Bialowieza : la Pologne doit arrêter la coupe, dit la justice européenne
Lire sur reporterre.net
22 novembre 2017
La région Ile-de-France réduit les aides aux associations des quartiers populaires
Lire sur reporterre.net
22 novembre 2017
Hinkley Point : les députés britanniques s’alarment du coût pour les consommateurs
Lire sur reporterre.net
22 novembre 2017
La pollution de l’air détériore la qualité du sperme
Lire sur reporterre.net
22 novembre 2017
Les poursuites contre le réalisateur Lech Kowalski sont abandonnées
Lire sur reporterre.net
21 novembre 2017
Nuage radioactif détecté en France : la Russie reconnaît être à l’origine de la pollution
Lire sur reporterre.net
21 novembre 2017
Le Nebraska donne son feu vert au projet d’oléoduc Keystone XL
Lire sur reporterre.net
21 novembre 2017
Une carte de Greenpeace permet d’évaluer le risque nucléaire à côté de chez vous
Lire sur reporterre.net
20 novembre 2017
L’oléoduc Keystone laisse échapper près de 800.000 litres de pétrole
Lire sur reporterre.net
20 novembre 2017
Près d’un tiers des chauves-souris d’Île-de-France menacées d’extinction
Lire sur reporterre.net
20 novembre 2017
Le comité d’entreprise d’EDF alerte sur les risques de coupures d’électricité cet hiver
Lire sur reporterre.net
18 novembre 2017
« Vigilance renforcée » pour certaines écoles d’Ile-de-France
Lire sur reporterre.net
17 novembre 2017
Le sulfoxaflor classé néonicotinoïde par une étude scientifique
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Chine

23 novembre 2017
Bruno Latour : « Défendre la nature : on bâille. Défendre les territoires : on se bouge »
Tribune
24 novembre 2017
Contre la folie consommatoire du « Black Friday », la résistance se lève
Info
23 novembre 2017
La forêt contre les déchets nucléaires : au bois Lejuc, c’est dans les arbres qu’on résiste
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Chine