Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Luttes

À Montpellier, des activistes anti-pub en procès

Vendredi 10 mai, trois personnes comparaissaient devant le tribunal de police de Montpellier pour « dégradation légère » de panneaux publicitaires JC Decaux. L’entreprise s’est portée partie civile et a réclamé 3.000 euros de dommages et intérêts. À l’issue du procès, le procureur a requis 300 euros d’amende. Le délibéré du tribunal doit être rendu le 14 juin.

Deux ans auparavant, en juin 2017, Julien, Sarah et Cécile avait remplacé des publicités commerciales par des affiches de solidarité en faveur des migrants. « L’asile est un droit », « Réfugiés, ils ferment les frontières, ouvrons nos portes », avaient-ils notamment écrit sur des pancartes glissées à l’intérieur des panneaux.

Joints par téléphone par Reporterre, les activistes déplorent la « criminalisation de leur action ». « Nous n’avons pas dégradé les panneaux. Nous les avons seulement ouvert avec une clé, disent-ils. Nous assumons pleinement cette acte de désobéissance civile. Comment, en effet, ne pas être indigné par les montants colossaux des recettes publicitaires qui dépassent en 2018, plus de 14,4 milliards d’euros, et de l’autre côté, les moyens d’accueil indigents et la situation humanitaire déplorable qui frappent les personnes étrangères, privées de la satisfaction de leurs besoins fondamentaux ? »

Source : Reporterre

Photo : Montage de trois photos du communiqué de presse en soutien aux « afficheurs solidaires ».

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende