Faire un don
40603 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
51 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Amazonie : l’avocat des autochtones harcelé par le groupe pétrolier Chevron

Durée de lecture : 4 minutes

23 novembre 2019 / Elisabeth Schneiter (Reporterre)

Le géant pétrolier Chevron, condamné après des décennies de pollution en Amazonie, harcèle l’avocat phare des autochtones. Steven Donziger a refusé de leur livrer son ordinateur et est désormais assigné à résidence.

Neuf des plus grandes organisations de défense des droits humains et de l’environnement ont publié le 14 novembre une déclaration condamnant l’assignation à résidence de l’avocat américain des droits de l’homme, Steven Donziger. M. Donziger est un membre clé de l’équipe juridique qui a obtenu que la compagnie pétrolière Chevron soit condamnée à payer 9,5 milliards de dollars (8,6 milliards d’euros) aux communautés autochtones qu’elle a polluées au-delà du soutenable dans l’Amazonie équatorienne. Ce procès est crucial car Chevron agit en représailles contre Steven Donziger pour intimider les avocats qui seraient tentés de suivre son exemple et d’attaquer en justice les grandes entreprises polluantes.

Les déchets toxiques ont provoqué une épidémie de cancers chez les autochtones.

61 milliards de litres d’eaux usées toxiques dans la forêt amazonienne

Pour réduire ses coûts, l’entreprise, sous le nom de Texaco, a déversé entre 1964 et 1992, 61 milliards de litres d’eaux usées toxiques dans la forêt amazonienne sans aucune précaution, laissant derrière elle environ mille fosses de déchets toxiques qui continuent de contaminer les eaux souterraines et les rivières, provoquant une épidémie de cancers chez les autochtones et de maladies chez les animaux sauvages et domestiques.

Steven Donziger est l’un des principaux avocats des communautés que la pollution causée par Chevron rend malades encore aujourd’hui. Après des années de procès, Chevron a été jugée responsable sur la base de 105 rapports techniques prouvant la pollution et la responsabilité de l’entreprise et condamnée à des dommages et intérêts d’un montant de 9,5 milliards de dollars. Pour tenter d’empêcher l’exécution du jugement, Chevron a lancé une attaque de représailles contre les plaignants en Amazonie et contre leurs avocats, selon une stratégie qui consiste, entre autres — et comme l’avait déclaré, en 2009, l’un des responsables de Chevron — à « diaboliser Donziger ».

M. Donziger est aujourd’hui retenu dans le petit appartement où il vit avec son épouse et son fils, incapable même de sortir sur le palier sans permission, pour avoir refusé, dans la suite du procès en corruption contre lui, de donner à Chevron son ordinateur, son téléphone portable et ses mots de passe, un « outrage criminel » d’après le juge Kaplan. Les ONG ont déclaré que tout montre que « Steven Donziger est emprisonné depuis plus de cent jours dans son propre domicile à cause de son rôle primordial dans ce procès phare contre l’une des plus puissantes entreprises des États-Unis ».

Les habitants, comme ici Vidal Masachi, souffrent de nombreux problèmes de santé.

En août dernier, Chevron a obtenu du juge Kaplan la suspension de la licence d’avocat de Steven Donzinger et les arrêts domiciliaires, alors que les procureurs avaient expressément refusé de poursuivre Donzinger malgré la demande du juge.

Chevron a été nommée « Entreprise tyran de l’année »

Les groupes qui ont signé la déclaration en faveur de Donziger sont Greenpeace USA, Amazon watch, Global witness, The Civil liberties defense center (Centre de défense des libertés civiles), EarthRights international, International corporate accountability roundtable (ICAR Table ronde internationale sur la responsabilité des entreprises ICAR), Rainforest action network (Ran), etc.

Plusieurs de ces organisations ont créé une coalition appelée « Protect protest »« protégez ceux qui protestent » — pour lutter contre les procès baillons intentés par les entreprises pour attaquer et harceler les militants et leurs avocats. Cette coalition a récemment nommé Chevron « Entreprise tyran de l’année » pour son agressivité et son harcèlement juridique envers les activistes et les avocats qui tentent d’obtenir justice.

Chevron a lancé une attaque de représailles contre les défenseurs des autochtones, comme Steven Donziger.

Richard Friedman, l’un des meilleurs trial lawyer (avocat plaidant) des États-Unis est l’un des avocats qui défendent gratuitement Steven Donzinger. Il explique pourquoi :

Ce qui est arrivé et ce qui arrive à Steven Donziger est le plus grand abus du système judiciaire que j’ai jamais vu. C’est vraiment honteux. Je ne pourrais pas me regarder dans la glace, étant témoin de cette injustice, si je n’essayais pas de la réparer. Et puis, la crise environnementale que nous vivons va exiger que nous fassions tous tout ce que nous pouvons, chaque fois que nous le pouvons, pour devenir de meilleurs gardiens et protecteurs du monde qui nous a été confié. Défendre Steven est l’une des choses que je peux tenter de faire, quel que soit le résultat. Il mérite d’être soutenu et que l’injustice de ce qui se passe soit connue de tous. »

Simon Talyor co-fondateur et directeur de l’ONG Global witness est, lui aussi, profondément choqué par les efforts visant à criminaliser Steven Donziger. « En l’absence d’une meilleure explication, je trouve impossible de ne pas considérer qu’il s’agit d’une vengeance. N’ayant commis aucun crime, Steven est puni pour avoir eu le courage de démontrer que Chevron est responsable du désert toxique laissé en Équateur, désastre qui empoisonne encore aujourd’hui des milliers de personnes. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : article 17825

Source : Élisabeth Schneiter pour Reporterre

Photos :
. chapô : Rainforest Action Network

. Homme. Rainforest Action Network
. Vidal Masachi, 56, a souffert de nombreux problèmes de santé, elle a vécu près de puits d’extraction gérés par Chevron. Rain Forest Action Network
. Portrait. Capture d’écran / Viméo

DOSSIER    Forêts tropicales

THEMATIQUE    International Libertés
11 décembre 2019
L’utilisation massive de gaz lacrymogènes inquiète les scientifiques du monde entier
Enquête
12 décembre 2019
Le « pacte vert » européen croit encore en la croissance verte
Info
12 décembre 2019
À la COP25, « on se parle beaucoup mais on avance peu »
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales



Sur les mêmes thèmes       International Libertés





Du même auteur       Elisabeth Schneiter (Reporterre)