Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefLuttes

Après son arrestation, une militante écolo perd la sensibilité d’une main

Deux militantes de Dernière rénovation ont barbouillé le 5 janvier la façade de Bercy en orange pour interpeller le ministre de l’Économie sur son inaction politique.

Le 5 janvier dernier, deux militantes de dernière rénovation aspergeaient de peinture orange la façade de Bercy. Objectif : interpeller le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, sur son inaction sur la rénovation thermique des bâtiments. À l’intérieur, ce dernier présentait ses vœux aux acteurs économiques. Les jeunes femmes étaient rapidement arrêtées, menottées et placées en garde à vue.

L’une d’elles, Nina, estime conserver des séquelles de son arrestation, comme elle le raconte au Parisien : « J’ai perdu la sensibilité de ma main gauche. Je ne sens plus ni le chaud, ni le froid. »

Pour la jeune femme de 24 ans, ces séquelles proviennent des menottes trop serrées par les policiers. Elle a eu pendant plusieurs jours des hématomes aux poignets. Selon le quotidien, cette insensibilité a été confirmée le 9 mars dernier par des examens médicaux chez un neurologue parisien. Le compte-rendu évoque « une atteinte légère de la branche sensitive du nerf radial gauche ».

« Le médecin m’a dit qu’il y avait une possibilité que ça revienne — et ça peut prendre des mois — comme que ça ne revienne pas », explique la jeune femme au Parisien. Elle hésite encore à déposer plainte : « J’y réfléchis, mais c’est beaucoup d’énergie et ça veut dire revivre tout ça. » Elle dénonce également des propos insultants et des gestes dégradants de la part des policiers.

Alors que les alertes sur le front de l’environnement se multiplient, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les dernières semaines de 2023 comporteront de nombreuses avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela.

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre ne dispose pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1 €. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

Abonnez-vous à la lettre d’info de Reporterre
Fermer Précedent Suivant

legende