Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Enquête — Luttes

Brigade antirelous, numéro antiagressions… les Zad contre les violences sexuelles

Non mixité, équipes antirelous… Les Zad, à Notre-Dame-des-Landes, à Bure ou en Suisse, luttent, aussi, contre les violences sexuelles. Et tentent de s’extraire de la logique punitive et carcérale.

Lola avait 19 ans quand un homme de la « zone à défendre » (Zad) du Carnet, en Loire-Atlantique, l’a agressée sexuellement durant son sommeil. C’était en novembre 2020. Elle passait alors la nuit dans la caravane de Léo [1], une connaissance, afin d’éviter la présence d’un homme alcoolisé. Une fois endormie, elle a été réveillée à plusieurs reprises par Léo lui caressant l’entrejambe, un sein, puis son bas-ventre.

Les Zad n’échappent pas aux violences sexuelles, endémiques dans nos sociétés [2]. Mais plusieurs lieux travaillent à déconstruire les dominations, à travers une multitude d’initiatives : numéro de téléphone « urgence agressions », cabane en mixité choisie (sans hommes cisgenres [3]), équipe « antirelous » ou encore manifeste contre les violences sexistes à lire à l’arrivée… « Nous avions instauré ce que nous avons appelé le “Aouch” », détaille, par exemple, Fouzia. Cette personne non-binaire [4] a passé plus de quatre mois sur la Zad de la Colline, en Suisse, un lieu en lutte contre une carrière de ciment expulsé en 2021. « En gros, il s’agissait d’un mot que n’importe qui pouvait dire si iel (contraction de "il" et "elle" afin d’avoir un pronom neutre) se trouvait en situation d’inconfort dû à un comportement sexiste ou macho, allant d’une trop grande prise de place d’un gars alcoolisé sur le dancefloor à des attouchements ou agressions. La personne à qui le “Aouch” était destiné devait répondre “je t’entends” et se retirer. » La technique est un succès : « Ça a marqué plus d’une personne venue sur la Zad », se souvient Fouzia. Sur la question du sexisme, la Colline semble particulièrement avancée. « Un manifeste contre les violences sexistes, sexuelles et queerphobes [5] a été très vite écrit et nous avons fortement recommandé à chaque personne arrivant sur la Zad de le lire », détaille Fouzia.


À Notre-Dame-des-Landes, les personnes victimes peuvent appeler un numéro « urgence agressions », ouvert lors de soirées ou d’événements importants, comme le festival Zadenvies en août 2020, qui a rassemblé des milliers de personnes. « Le numéro était visible à plusieurs endroits pour que des personnes dans l’entourage d’une agression sexiste, raciste, homophobe, transphobe puissent rapporter les faits, demander du soutien », précise un communiqué de la Zad publié sur son site en janvier 2021. Lola est aussi passée par Notre-Dame-des-Landes et se souvient du dispositif : « Des filles se relayaient pour répondre », précise-t-elle. « Une équipe de participant·es s’est formée pour proposer du soutien direct, rapporte aussi le communiqué. Elles arpentaient les parcelles de l’événement avec des brassards jaunes de manière à être facilement repérables. » Cette équipe a rapporté « plusieurs interventions contre des agresseurs (au moins dix). Certains ont été réglés assez rapidement avec des interventions directes, et en virant deux personnes du site de l’événement ». Aux Lentillères aussi, à Dijon, des équipes « antirelous » se relaient lors d’événements pour sillonner la friche et s’assurer que tout va bien.

À Bure, dans la Meuse — lieu en lutte contre le projet Cigeo d’enfouissement de déchets radioactifs — des écoféministes avaient organisé en 2019 un rassemblement antinucléaire en mixité choisie (sans hommes cisgenres) au cours duquel des ateliers d’autodéfense étaient proposés. « Il s’agit d’accepter sa peur d’être frappée et de frapper, d’intégrer son propre corps, pour apprendre à se défendre en fonction de soi-même, de ses limites, de ses capacités », expliquait alors Elo, formatrice, à Reporterre.

En cas d’agression sur une Zad, la police ou la justice sont rarement sollicitées. Dans certains cas, les auteurs de violences sont expulsés, mais c’est « la dernière option », souligne Lola. Nombre de témoins citent l’exemple de Notre-Dame-des-Landes où un homme accusé de violences conjugales répétées a été conduit hors de la Zad, en 2016. « C’était une action non mixte d’une cinquantaine de personnes, raconte Noan [*], ancien occupant. On a occupé le lieu de vie de l’agresseur et avons fait en sorte qu’il ne revienne plus et qu’il ne puisse plus avoir accès à ses victimes. » Cet exemple reste marginal et d’autres réponses sont proposées aux victimes, au cas par cas.

Une action écoféministe à la zad de la Colline, en Suisse, en 2021. © Nora Rupp

Juliette Rousseau, éditrice et autrice de l’essai Lutter ensemble — Pour de nouvelles complicités politiques (éditions Cambourakis, 2018) s’oppose à une justice répressive : « La logique punitive et carcérale qui exclut montre ses impasses », dit-elle par téléphone. En effet, comment exclure un agresseur d’une Zad et éviter qu’il rejoigne un autre lieu de lutte, où il pourrait violenter d’autres personnes ? La militante prône une justice transformative, qui fait évoluer les agresseurs, et change la société tout entière. Ancienne de Notre-Dame-des-Landes, elle cite « le cas d’une agression homophobe : l’agresseur a dû quitter la zone pendant une certaine durée, faire un certain nombre d’actes, et revenir, en accord avec la victime ». Juliette Rousseau insiste : « La finalité, c’est quand même la transformation. »

En Suisse, la Zad de la Colline a aussi tenté l’expérience. « Un organe de gestion par la justice transformative a été créé, rapporte Fouzia. Son protocole consistait en priorité à écouter les besoins de la personne victime de l’agression. » Si cette dernière souhaitait éloigner l’agresseur, celui-ci était exclu pour une durée indéterminée, « afin de permettre à la victime de rester à la Zad ». Pendant ce temps, la personne mise en cause recevait un suivi constitué « d’envois de lectures concernant la déconstruction de genre ou la provenance de comportements pas ok, d’écoutes de podcast, de discussions pour comprendre les systémiques patriarcales (...) qui peuvent mener à de tels comportements ». Seule limite à une justice transformative : le manque de temps et d’investissement des zadistes, que pointent toutes les personnes interrogées pour cette enquête. « Notre organe de gestion a vraiment manqué de force (pas assez de personnes impliquées, trop de mouvement, difficile de faire un suivi stable), et surtout, ce fut principalement un travail assumé par des personnes assignées femmes », souligne Fouzia. L’épuisement guette les volontaires.

D’autant que ces initiatives ne suffisent pas toujours à assurer la sécurité des occupants et occupantes. Bien souvent, ce sont les victimes – et non les agresseurs – qui se résignent à quitter les Zad. « Je ne suis pas retournée à ce lieu de lutte. Je me protège. J’ai peur de mes émotions. Je ne veux pas y aller seule. Je préfère m’investir ailleurs », écrivait une ancienne militante de Bure dans un texte intitulé « Pour une fois j’ai dit non », et publié sur le site bureburebure.info, après un viol subi en 2016. « Il y a peu, je me suis empêchée d’aller à une réunion qui se tenait dans le lieu autogéré où je passe beaucoup de temps, et à laquelle X était présent », poursuit-elle en parlant de son violeur, un camarade de Bure.

Même sentiment pour Lola, agressée en 2020 à la Zad du Carnet. Plusieurs jours après les faits, elle a été confrontée à Léo. Ce dernier lui a présenté ses excuses, mais a affirmé qu’il dormait au moment des faits, et s’est mis en colère lorsqu’elle a prononcé les mots « agression sexuelle ». « On n’a pas le temps pour ça, par rapport à la lutte écolo », lui a-t-il lancé. Lola a dénoncé Léo auprès des autres zadistes, mais peu d’aide lui a été apportée, assure-t-elle : « C’est un leader, les gens l’écoutaient. » Léo est arrivé bien avant Lola sur la zone. Traitée de « féminazie » par des habitants et habitantes, elle s’est sentie « comme une paria, comme la fille qui fait des problèmes », confie-t-elle, un an après les faits.

Rassemblement écoféministe à Bure (Meuse) en 2019, en mixité choisie. © Roxanne Gauthier/Reporterre

Léo a fini par lui présenter des excuses publiques, lors d’une assemblée générale : « Je suis désolé si tu as ressenti que c’était une agression mais je ne me sens pas agresseur ». « Les gens l’ont applaudi », précise Lola. Dépitée, elle a tagué #BalanceTonZadiste sur une bâche, puis a quitté la Zad du Carnet en décembre 2020. Léo, lui, est resté. Sans domicile, Lola a trouvé temporairement refuge chez plusieurs personnes à Nantes, avant de vivre un temps sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes, puis sur celle de Saclay — « Zaclay », dans l’Essonne. Aujourd’hui, elle habite chez ses parents. « Je ne retournerai jamais en Zad tant que je ne sais pas que mon agresseur est interdit de Zad », jure-t-elle aujourd’hui. Loup, personne queer de 25 ans, a connu Lola au Carnet. Jointe par téléphone, elle estime que « les Zad seront un échec tant qu’elles excluront les minorités de genre, et les femmes comme Lola, qui doivent s’auto-exclure ».

« La société, nos vécus, nos traumatismes, nos constructions nous rattrapent »

Noan, personne non-binaire, a lui aussi a subi l’insulte de « féminazi ». Alors qu’il passait l’une de ses premières soirées à Notre-Dame-des-Landes en 2014, trois hommes l’ont embrassé de force. L’un d’eux l’a harcelé pour dormir avec lui. Il ne fréquente plus non plus les zones à défendre. « Je suis en dépression depuis que j’en suis parti. » Il regrette que les zadistes laissent « tellement de victimes seules ». Noan pointe également la hiérarchisation des luttes, à savoir la priorisation du combat écologiste et anticapitaliste par rapport à tous les autres, antisexistes ou antiracistes par exemple : « LA lutte prime sur toutes les autres. »

Certaines Zad reconnaissent leurs défaillances dans la lutte contre les violences sexuelles. « La limite, c’est que tout isolé·es qu’on soit, la société, nos vécus, nos traumatismes, nos constructions nous rattrapent et qu’on fait de la merde », témoigne Zora, une ancienne occupante du Carnet. Elle signale un texte publié sur le site de la Zad en avril 2021, et intitulé « Zad et violences patriarcales ». « Pour nous défendre auprès de l’opinion publique, nous avons pris l’habitude de ne mentionner presque que les aspects jouant en notre faveur. Cela pose un grave problème d’idéalisation de la Zad pour celleux qui n’y ont jamais vécu », peut-on y lire. Les personnes à l’origine du texte présentent leurs excuses à deux victimes, dont Lola [6], et lancent un appel : « Nous avons besoin d’être en nombre pour ne pas être forcé·es de vivre sous la domination des mascu, nous avons besoin de montrer que la révolution sera féministe et inclusive ou ne sera pas. » Le texte s’achève sur ces mots : « Crève l’image de la Zad, crève le patriarcat ! »

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende