Des militants de Sea Shepherd France mis en garde à vue

Durée de lecture : 2 minutes

12 février 2020 / par Gaspard d’Allens (Reporterre)

L’association Sea Shepherd France multiplie en ce début d’année les actions choc pour dénoncer le massacre en cours des dauphins. Selon elle, 11.300 dauphins sont morts en 2019, par capture accidentelle, sur les côtes atlantiques françaises.

Pour interpeller le grand public, l’ONG expose des cadavres de cétacés à la vue de tous à l’entrée des marchés. Ces actions se sont notamment déroulées le 29 janvier 2020 à Saint-Gilles-Croix-de-Vie en Vendée et le 4 février à Nantes, en Loire-Atlantique. Dans la région, les échouages de dauphins morts sont quotidiens.

Un dauphin retrouvé mort sur une plage de Vendée en mars 2019.

L’association réclame l’interdiction de la pêche non sélective qui piège les dauphins dans les chaluts et les filets de pêche des chalutiers. Elle demande également l’installation de caméras sur les bateaux pour identifier les responsables.

Mais les militants viennent d’apprendre qu’ils sont poursuivis pour « détention et transport illégal d’espèce protégée » par le parquet des Sables-d’Olonne (Vendée). Ils risquent une peine maximale de trois ans de prison ferme et 150.000 euros d’amende.

En début de semaine, quatre militants ont été placés en garde à vue « pour avoir exposé trois dauphins tués par des engins de pêche aux abords de la gendarmerie où nous étions convoqués ce matin pour “transport illégal d’espèce protégée” », alerte l’association.

Dans un communiqué, les militants affirment « être prêts à aller en prison s’il le faut pour continuer à alerter le grand public sur l’hécatombe qui a lieu en France. Ces milliers de dauphins sont tués chaque année par des bateaux de pêche qui prétendent vouloir être transparents mais qui continuent de refuser farouchement les caméras à bord des navires pour identifier les bateaux responsables ».

  • Source : Communiqué de Sea Shepherd France
  • Photos :
    . Dauphin et militants : Sea Shepherd
    . Dauphin mort © Jérômine Derigny/Collectif Argos/Reporterre



14 février 2020
Critiqué, Carrefour retire ses assiettes en plastique faussement « réutilisables »
Lire sur reporterre.net
13 février 2020
Le Parlement européen valide un accord de libre-échange avec le Vietnam
Lire sur reporterre.net
12 février 2020
Le quatrième Conseil de défense écologique se contente de mesurettes
Lire sur reporterre.net
12 février 2020
Des militants de Sea Shepherd France mis en garde à vue
Lire sur reporterre.net
12 février 2020
Pesticides : des fraudes dénoncées dans un laboratoire qui évalue leur toxicité
Lire sur reporterre.net
11 février 2020
Compteurs Linky : Engie et EDF mis en demeure pour leur collecte de données
Lire sur reporterre.net
11 février 2020
Après Lubrizol, les contrôles des sites Seveso vont être renforcés
Lire sur reporterre.net
10 février 2020
Le groupe financier BlackRock a été envahi par des activistes écologistes
Lire sur reporterre.net
10 février 2020
18,3 °C en Antarctique, un record de chaleur
Lire sur reporterre.net
10 février 2020
Le Conseil d’Etat ferme la porte aux « nouveaux OGM »
Lire sur reporterre.net
7 février 2020
Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie, poussée vers la sortie
Lire sur reporterre.net
7 février 2020
Bolsonaro veut ouvrir l’Amazonie à l’exploitation minière et aux barrages
Lire sur reporterre.net
5 février 2020
En Corse, un incendie ravage 1.100 hectares
Lire sur reporterre.net
5 février 2020
Convention pour le climat : LREM soumet aux citoyens dix propositions
Lire sur reporterre.net
5 février 2020
La Cour des comptes juge sévèrement l’action de l’État sur les pesticides
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Libertés
14 février 2020
Élections municipales, la course à l’écologie
Édito
15 février 2020
En Finlande, l’hiver est si chaud que les oiseaux ne migrent plus
Reportage
13 février 2020
Macron, le bouffon de l’écologie
Édito


Sur les mêmes thèmes       Libertés



Du même auteur       Gaspard d’Allens (Reporterre)