Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Nucléaire

Des politiques de tous bords lancent un appel à « défendre le patrimoine nucléaire français »

Une cinquantaine de personnalités politiques et économiques de tous bords ont signé, vendredi 12 février 2021, l’appel de l’Association de défense du patrimoine nucléaire et du climat (PNC-France). Parmi elles, plusieurs hommes politiques de droite, comme l’ancien ministre et sénateur de la Meuse Gérard Longuet, promoteur infatigable du projet d’enfouissement des déchets radioactifs Cigéo [1] et le député (Les Républicains) du Vaucluse Julien Aubert [2]. Mais aussi les députés communistes du Puy-de-Dôme André Chassaigne et de Seine-Maritime Sébastien Jumel, et le député socialiste des Pyrénées-Atlantiques David Habib. A également signé l’appel de l’association le probable candidat à la prochaine élection présidentielle, le socialiste Arnaud Montebourg.

« Ce qui nous rassemble, malgré nos sensibilités diverses, c’est d’être convaincus de l’importance du nucléaire pour maîtriser les émissions de gaz à effet de serre », a expliqué le cofondateur de l’association et ancien président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer au quotidien Le Monde. Le but est de mobiliser les élus des territoires sur lesquels sont implantées des installations nucléaires.

Cette initiative se prépare depuis plusieurs mois. La création de l’Association de défense du patrimoine et du climat remonte à septembre 2020, par l’ancien président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer, l’informaticien Jean-Philippe Brette, l’ancien dirigeant d’entreprise Jacques Masurel, le physicien nucléaire Hervé Nifenecker et l’ingénieur François Poizat. Domiciliée au Sofradom de Boulogne-Billancourt, elle s’est donné pour objet de « contribuer à sensibiliser les citoyens pour défendre le “patrimoine” que constituent les installations nucléaires installées dans leurs villes, départements ou régions et, avec elles, les emplois et les ressources directes et indirectes qu’elles procurent, ainsi que leur effet positif dans la réduction des émissions de CO2 ; de leur fournir des expertises portant sur les problèmes énergétiques et climatiques ; d’agir auprès des instances territoriales, des personnalités politiques, des associations et des acteurs économiques pour faire connaître la valeur dudit patrimoine et son incidence sur les conditions de vie des populations locales ».

Dans un long plaidoyer, publié sur le site du Parti communiste français, cette association et les signataires du texte déplorent qu’« une idéologie antinucléaire d’un autre âge, relayée par de puissants lobbies », ait conduit à des décisions politiques telles que la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, le projet de réduire la part du nucléaire à 50 % du mix électrique d’ici 2035 contre 75 % aujourd’hui et l’arrêt du programme expérimental Astrid, réacteur à neutrons rapides de quatrième génération. Ils défendent à l’inverse, selon eux, l’importance industrielle et sociale et les bonnes performances environnementales de la filière.

Cette initiative a lieu alors que la décision de construire six nouveaux EPR pour renouveler un parc vieillissant doit être prise par l’exécutif en 2023, après la mise en service de l’EPR de Flamanville.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende