Des riziculteurs de Camargue veulent pouvoir tirer sur les flamants roses

Durée de lecture : 2 minutes

28 juillet 2014 / Sylvie Bonnet (France 3 Languedoc Roussillon)

Il est l’emblème de la Camargue. Mais le flamant rose causerait des dégâts de plus en plus importants dans les rizières. Certains riziculteurs demandent une indemnisation. D’autres remettent en cause le statut d’oiseau protégé et demandent des autorisations de tirs.


Sur les vint mille hectares de rizières camarguaises, deux cents seraient endommagés par les flamants roses. Le phénomène se produit au printemps, lorsque les échassiers fouillent les marais à la recherche de nourriture, enfouissant ainsi les semences de riz qui ne germeront pas.

Ces dégâts sont récurrents, mais ils prennent aujourd’hui plus d’ampleur car la population de flamants roses augmente dans la Camargue gardoise. A tel point que les riziculteurs envisagent aujourd’hui de demander à l’État de prévoir un fonds d’indemnisation spécifique.

À défaut, certains producteurs ne seraient pas opposés à des autorisations de tirs comme cela peut être accordé pour les cormorans. Une proposition inacceptable pour les défenseurs de la nature qui s’efforcent, depuis des années, d’accueillir et de préserver les flamants roses.

Les flamants roses ont fui les Bouches-du-Rhône pour la Camargue gardoise

Ils avaient l’habitude de nidifier du côté des Salins-de-Giraud. Cette année, les flamants roses se sont repliés en masse autour des Salins du Midi, à Aigues-Mortes. Ainsi, quelques 10 000 échassiers sont venus s’y reproduire.

Une concentration qui a fait la joie des saliniers qui s’évertuent à fidéliser les flamants roses dans cette zone en leur aménageant un périmètre à l’abri des prédateurs.
Reste que cet afflux de flamants roses attise la grogne chez les riziculteurs déjà préoccupés par les fluctuations de la PAC (Politique agricole commune) qui fragilisent le secteur.

- Flamants roses dans l’étang de Vaccarès en Camargue (Bouches-du-Rhône) -

Une histoire de désamour ancienne

Le combat des riziculteurs contre les dégâts provoqués par les flamants roses n’est pas nouveau. Dans les années 90, la profession avait même saisi le tribunal administratif pour solliciter des indemnisations. À l’époque, le Conseil d’Etat avait fini par accorder réparation à deux riziculteurs. Motif invoqué : en considérant que le flamant rose était une espèce protégée, l’Etat devait rembourser les dégâts.

Aujourd’hui, la facture serait plus salée. D’autres producteurs, victimes de l’oiseau, se sont engouffrés dans la voie de l’indemnisation. Mais sans succès. Et les riziculteurs dénoncent la différence de traitement face aux déprédations des animaux protégés. L’éleveur spolié par un loup serait mieux pris en compte que le riziculteur appauvri par les flamants roses.

Reste que la demande de certains de pouvoir tirer sur les flamants roses pour en réduire la population apparaît aujourd’hui totalement contradictoire avec tous les efforts du Parc naturel régional de Camargue pour fidéliser l’oiseau longtemps jugé fragile et imprévisible sur ses zones de nidifications.

Une demande certes outrancière, mais qui a le mérite d’alerter les pouvoirs publics sur la nécessité de prendre en compte les dégâts subis par les riziculteurs.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : France 3 Languedoc Roussillon

Photos :
. Chapô : Wikimedia Commons (Andrea Schaffer / CC-BY-2.0)
. Flamants roses : Wikipedia (Elliott Brown / CC-BY-2.0)

Lire aussi : La chasse à l’ibis sacré contestée par des scientifiques

DOSSIER    Animaux

THEMATIQUE    Agriculture
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Animaux



Sur les mêmes thèmes       Agriculture